Adhérer à l’ANRPFD

Calendrier des Salons Radio 2019

ADHEREZ ANRPFD – PAYPAL Facile!

Faire un don

QTR UTC

News ANRPFD depuis 26/02/2017

Votre Revue Nationale ANRPFD

nl

Associations Partenaires de l’ANRPFD

Petites Annonces

Cluster-DX-FOR-ME

Twitter – Facebook

Catégories

Archives

Twitter infos

Propagation Bandes HF

Cluster Dx Fun

Twitter

Prévisions Météo

Astronomie-Radioastronomie

Une comète aussi grosse que la pleine lune

La comète hyperactive 46P / Wirtanen s’approche de la Terre pour l’une des rencontres de comète terrestre les plus proches de l’ère spatiale.
Les observateurs rapportent que l’atmosphère verte gazeuse de la comète couvre maintenant une partie du ciel aussi grande que la pleine lune, et qu’elle s’agrandit.
Les cartes du ciel et les astuces d’observation d’experts figurent dans l’édition d’aujourd’hui de Spaceweather.com ICI  .

La douche de météorites Léonides le max le 17 et 18/11/2018!

La terre entre dans un flux de débris provenant de la comète Tempel-Tuttle, source de la pluie de météores annuelle Leonid. La nuit dernière, le réseau de caméras de météore «ciel entier» de la NASA a détecté cinq boules de feu Leonides au-dessus des États-Unis, un nombre qui augmentera à mesure que nous entrons dans le week-end. Les prévisionnistes s’attendent à ce que la pluie atteigne son maximum les 17 et 18 novembre avec des taux atteignant 15 météores à l’heure.
Les Leonides sont célèbres pour avoir pris d’assaut. La Terre heurte un filament dense des débris poussiéreux de la comète Tempel-Tuttle aussi souvent que plusieurs fois par siècle, faisant ainsi sortir des milliers de météores par heure de la constellation du Lion. Une telle exposition en 1833 a lancé l’astronomie météorique moderne avec une explosion de 100 000 Léonides par heure. De nombreux lecteurs se souviennent encore des boules de feu Leonid de 1998 et des météores de 1999, 2001 et 2002……

Les 8 et 9 octobre, les Européens à l’extérieur autour de minuit ont été émerveillés par le flot de faibles météores qui ont envahi le ciel. «C’était une forte explosion de la pluie de météores annuelle Draconid», rapporte Jure Atanackov, membre de l’Organisation internationale de météorologie qui a assisté à l’affichage de la Slovénie. Entre 22 h 00 TU (8 octobre) et 01 h 00 TU (9 octobre), les taux de météores dans le ciel noir dépassaient 100 par heure. Dans l’est de la France, Tioga Gulon a vu «1 à 2 météores par minute», dont beaucoup sont présentés ici dans une image empilée avec des images de sa caméra vidéo par Space Weather .com:

Le froid du minimum solaire

Le soleil entre dans l’un des plus minima solaires les plus profonds de l’ère spatiale. Les taches solaires ont été absentes pendant la plus grande partie de 2018, et la production de rayons ultraviolets du soleil a fortement diminué. De nouvelles recherches montrent que la haute atmosphère terrestre réagit.
«Nous constatons une tendance au refroidissement», déclare Martin Mlynczak du centre de recherche Langley de la NASA. «Au-dessus de la surface de la Terre, près de l’espace, notre atmosphère perd de l’énergie thermique. Si les tendances actuelles se poursuivent, cela pourrait bientôt établir un record de « Space Age » pour le froid.

Le satellite TIMED surveillant la température de la haute atmosphère

Ces résultats proviennent de l’instrument SABER embarqué sur le satellite TIMED de la NASA. SABER surveille les émissions infrarouges de dioxyde de carbone (CO2) et d’oxyde nitrique (NO), deux substances jouant un rôle clé dans le bilan énergétique de l’air situé entre 100 et 300 kilomètres au-dessus de la surface de notre planète. En mesurant la lueur infrarouge de ces molécules, SABER peut évaluer l’état thermique du gaz tout en haut de l’atmosphère, une couche que les chercheurs appellent «la thermosphère».
«La thermosphère se refroidit toujours pendant le minimum solaire. C’est l’un des moyens les plus importants pour le cycle solaire d’affecter notre planète », explique Mlynczak, chercheur principal associé chez SABER.
Lorsque la thermosphère se refroidit, elle rétrécit, diminuant littéralement le rayon de l’atmosphère terrestre. Ce rétrécissement diminue la traînée aérodynamique des satellites en orbite terrestre basse, prolongeant leur durée de vie. C’est la bonne nouvelle. La mauvaise nouvelle est que cela retarde également le déclin naturel des déchets spatiaux, entraînant un environnement plus encombré autour de la Terre.

Ci-dessus: couches de l’atmosphère. Crédit: NASA

Pour suivre l’évolution de la thermosphère, Mlynczak et ses collègues ont récemment introduit le «Thermosphere Climate Index» (TCI), un nombre exprimé en watts indiquant la quantité de chaleur rejetée par les molécules de NO dans l’espace. Pendant le maximum solaire, le TCI est élevé («chaud»); pendant le minimum solaire, il est faible («froid»).
«En ce moment, c’est vraiment très bas», dit Mlynczak. “SABRE mesure actuellement 33 milliards de watts de puissance infrarouge à partir de NO. C’est 10 fois moins que ce que nous voyons pendant les phases plus actives du cycle solaire.
Bien que SABER ne soit en orbite que depuis 17 ans, Mlynczak et ses collègues ont récemment calculé que TCI remontait aux années 1940. «SABER nous a appris à le faire en révélant comment l’ICT dépend d’autres variables telles que l’activité géomagnétique et la production UV du soleil – des choses qui ont été mesurées depuis des décennies», explique-t-il.

Ci-dessus: Un historique de l’indice climatique de la thermosphère. Mlynczak et ses collègues ont récemment publié un article sur l’ICT montrant que l’état de la thermosphère peut être discuté en utilisant un ensemble de cinq termes simples: Froid, Froid, Neutre, Chaud et Chaud.

À la fin de 2018, l’indice climatique de la thermosphère est sur le point d’établir un record de l’âge de l’espace pour le froid. «Nous ne sommes pas encore là», explique Mlynczak, «mais cela pourrait se faire en quelques mois».
«Nous sommes particulièrement heureux que SABRE recueille des informations si importantes pour suivre l’effet du soleil sur notre atmosphère», déclare James Russell, chercheur principal de SABRE à l’Université Hampton. «Un record de plus de 16 ans de changements à long terme de l’état thermique de l’atmosphère à plus de 70 milles au-dessus de la surface n’était pas attendu pour un instrument conçu pour durer seulement trois ans en orbite.»
Bientôt, l’indice de climat de la thermosphère sera ajouté à Spaceweather.com en tant que source de données régulière, afin que nos lecteurs puissent surveiller l’état de la haute atmosphère comme le font les chercheurs. Aricle du …….

 

Une intelligence artificielle a capté de mystérieux signaux radio venus des confins de l’espace

Une intelligence artificielle a capté dans l’espace 72 signaux radio. Ils proviennent d’une source connue mais non identifiée, appelée FRB 121102 et située dans une galaxie naine, à 3 milliards d’années-lumière. Appelés sursauts radio rapides, ces signaux comptent parmi les phénomènes les plus mystérieux du cosmos.
Ils ont traversé 3 milliards d’années-lumière pour parvenir jusqu’à nous. Le 9 septembre dernier, une équipe de scientifiques de l’Université de Berkley travaillant sur le projet Breakthrough listen a annoncé avoir découvert 72 nouveaux signaux radio provenant des confins de l’espace.
Ces signaux sont bien particuliers. Appelés sursauts radio rapides, ou FRB (pour l’anglais fast radio burst), ils comptent parmi les phénomènes les plus mystérieux de l’univers. Ils n’émettent en effet que pendant quelques millisecondes, mais génèrent autant d’énergie que plusieurs centaines de millions de soleils. Ils sont toutefois très aléatoires, ce qui empêche les scientifiques de les observer de manière volontaire.
Le machine learning au service de l’astronomie 
C’était du moins le cas jusqu’en 2012, date à laquelle la source FRB 121102 a été découverte. A ce jour, il s’agit de la seule source de sursauts radio rapides récurrente connue, et elle se trouve au sein d’une galaxie naine, située à 3 milliards d’années-lumière de la nôtre. Sa particularité : depuis sa détection en 2012, elle a été observée en explosion perpétuelle.
Une intelligence artificielle a capté dans l’espace 72 signaux radio. Ils proviennent d’une source connue mais non identifiée, appelée FRB 121102 et située dans une galaxie naine, à 3 milliards d’années-lumière. Appelés sursauts radio rapides, ces signaux comptent parmi les phénomènes les plus mystérieux du cosmos.
Ils ont traversé 3 milliards d’années-lumière pour parvenir jusqu’à nous. Le 9 septembre dernier une équipe de scientifiques de l’Université de Berkley travaillant sur le projet Breakthrough listen a annoncé avoir découvert 72 nouveaux signaux radio provenant des confins de l’espace.
Ces signaux sont bien particuliers. Appelés sursauts radio rapides, ou FRB (pour l’anglais fast radio burst), ils comptent parmi les phénomènes les plus mystérieux de l’univers. Ils n’émettent en effet que pendant quelques millisecondes, mais génèrent autant d’énergie que plusieurs centaines de millions de soleils. Ils sont toutefois très aléatoires, ce qui empêche les scientifiques de les observer de manière volontaire.
Le machine learning au service de l’astronomie
C’était du moins le cas jusqu’en 2012, date à laquelle la source FRB 121102 a été découverte. A ce jour, il s’agit de la seule source de sursauts radio rapides récurrente connue, et elle se trouve au sein d’une galaxie naine, située à 3 milliards d’années-lumière de la nôtre. Sa particularité : depuis sa détection en 2012, elle a été observée en explosion perpétuelle……   de l’article de Benoît Crépin  sur Maxiscience.

Merci à José de F8BDX de nous avoir signalé cet article.

Vendredi 27 juillet 2018 aura lieu la plus longue éclipse de Lune du siècle

L’éclipse totale de Lune la plus longue du siècle se produira dans la nuit du vendredi 27 au samedi 28 juillet 2018, qui sera visible sur une grande partie de l’Europe et de l’Asie mais aussi en Afrique, en Océanie et en Amérique du Sud… mais à condition qu’il fasse beau.
Pendant 1 heure et 43 minutes, la Lune sera entièrement invisible, rapporte le site web Ouest-france.fr, car ce 27 juillet 2018, l’orbite de la Lune sera quasiment alignée avec celle de la Terre. Conséquence : une éclipse lunaire totale, c’est-à-dire l’ombre portée de la Terre sera visible sur la Lune, ce qui donnera l’impression que celle-ci est masquée, explique Ouest-France.
Autour de l’éclipse lunaire, le journal français explique, de façon simple, ce phénomène à travers cinq questions : Combien de temps le phénomène durera-t-il ? Regarder cette éclipse, est-ce dangereux ? Quand pourrons-nous en profiter chez nous ? Pourquoi y a-t-il si peu d’éclipses de Lune ? Pourquoi y a-t-il si peu d’éclipses de Lune ?
Source: Ouest-france.fr
Dans la nuit de vendredi à samedi, la Lune mettra 1 heure 42 minutes et 57 secondes pour traverser le cône d’ombre de notre planète, ce qui sera la plus longue éclipse lunaire totale du XXIe siècle ! Le phénomène complet, lui, durera plus de six heures
Regarder cette éclipse, est-ce dangereux ?
Non, pas du tout. Contrairement à celle du Soleil, la « lumière » de la Lune n’est pas dangereuse : vous pourrez apprécier le spectacle sans aucun danger, voire observer le phénomène avec des jumelles.
Quand pourrons-nous en profiter chez nous ?
À l’est de l’Hexagone, de Biarritz à Valenciennes en passant par Poitiers et Paris, l’éclipse totale sera visible à partir de 21 h 30. À Brest, à partir de 21 h 55. La fin de l’éclipse totale est prévue pour 23 h 13, jusqu’à la sortie de la Lune de la pénombre de la Terre à 01 h 28.
Pourquoi y a-t-il si peu d’éclipses de Lune ?
Alors que la Lune fait le tour de la Terre en 27 jours, pourquoi n’y a-t-il que quelques éclipses lunaires par an ? Le plan orbital de la Lune est incliné de 5 degrés, ce qui fait qu’elle est rarement dans l’orbite parfaite de la Terre..
Alors, n’hésitez pas à sortir vos lunettes d’observation pour l’occasion ! Et gardez-les au chaud : du 3 au 5 août prochains se tiendront les 28e Nuits des étoiles. Nous y reviendrons.
Source Ouest-France ICI

La douche de météores de Lyrid  sur SpaceWeather.com

Notes globales: Il s’agit d’une douche dans l’hémisphère nord.
 Chaque année, fin avril, la Terre traverse la queue poussiéreuse de Comet Thatcher (C / 1861 G1), et la rencontre provoque une pluie de météores – les Lyrides. Cette année, la douche atteint son apogée le mardi 22 avril. Les prévisionnistes s’attendent à 10 à 20 météores par heure, bien que des explosions allant jusqu’à 100 météores par heure soient possibles.
Les météores lyrides semblent flotter de l’étoile brillante Vega dans la constellation de la Lyre:
En fait, les Lyrides n’ont rien à voir avec Vega. La vraie source de la douche est Comet Thatcher. Chaque année en avril, la Terre laboure la queue poussiéreuse de Thatcher. Les flocons de poussière de comète, dont la plupart ne dépassent pas les grains de sable, atteignent l’atmosphère de la Terre à 49 km / s (110 000 mi / h) et se désintègrent sous forme de traînées de lumière .
Les météores lyridiques sont typiquement aussi brillants que les étoiles de la Grande Ourse, c’est-à-dire de brillance moyenne. Mais certains sont plus intenses, encore plus brillants que Vénus. Ces «boules de feu lyrides» projettent des ombres pendant une fraction de seconde et laissent derrière elles des traînées de débris enfumés qui persistent pendant quelques minutes.
De temps en temps, la douche s’intensifie. La plupart des années, en avril, il n’y a pas plus de 5 à 20 météores par heure pendant le pic de la douche. Mais parfois, lorsque la Terre glisse à travers une touffe inhabituellement dense de débris de comète, le taux augmente. Les observateurs du ciel en 1982, par exemple, ont compté 90 Lyrids par heure. Une explosion encore plus impressionnante a été documentée en 1803 par un journaliste de Richmond, en Virginie, qui a écrit:
Des étoiles filantes: ce phénomène électrique a été observé mercredi matin à Richmond et dans ses environs, d’une manière qui a alarmé beaucoup de monde, et a étonné chaque personne qui a vue: de un à trois heures du matin, ces météores étoilés semblaient tomber de tous les points du ciel, en nombre suffisant pour ressembler à une pluie de fusées célestes … « [ ref ]
Que feront les Lyrides cette année? La seule façon de savoir à coup sûr est d’aller dehors et de regarder.
Les observateurs de météorites expérimentés suggèrent la stratégie de visionnement suivante: Habillez-vous chaudement. Apportez une chaise inclinable ou étendez une couverture épaisse sur une surface plane. Allongez-vous et regardez vers l’est. Les météores peuvent apparaître dans n’importe quelle partie du ciel, bien que leurs traînées aient tendance à pointer vers le radiant – c.-à-d., Vers Vega.
Vega est une brillante étoile bleu-blanc environ trois fois plus large que notre Soleil et 25 années-lumière. Vous avez peut-être vu Vega dans le film Contact de Carl Sagan. C’était la source des transmissions radio extraterrestres à la Terre.

Source SpaceWeather ICI

Astéroïde visiteur surprise

Avec un petit avertissement, le dimanche 15 avril 2018, un astéroïde de la classe Tunguska, de la taille d’un terrain de football, a survolé le système Terre-Lune.
2018 GE3 a été découvert la veille en plongeant vers l’intérieur de la ceinture d’astéroïdes. Un astronome amateur à la réflexion rapide en Europe a pu enregistrer une vidéo de l’astéroïde au passage.
Visitez Spaceweather ICI  pour voir le film et en savoir plus sur ce visiteur surprise.

Ce soir et demain, admirez l’essaim d’étoiles filantes Léonides
L’été a ses Perséïdes, l’automne n’est pas en reste avec les Léonides. Le maximum de ce bel essaim, c’est ce soir et demain soir 03 au 04/04/2018.

Source Futura Sciences

Éphémérides d’Avril 2018 : le ciel du mois

Nous voici en avril avec des jours de plus en plus long. Que cela ne vous empêche pas d’observer un beau rapprochement entre Saturne et Mars, un alignement planétaire, une lumière cendrée de la Lune et les Lyrides. Et on notera comme toujours divers rapprochements entre des planètes, des étoiles et notre satellite naturel. Très bonnes observations !

À voir dans le ciel sur Futura sciences ICI  ➤

Dans le ciel de ce mois de février 2018

Bien que février soit le mois le plus court de l’année, il peut nous réserver des surprises. En plus d’une éclipse partielle de Soleil, malheureusement invisible en Europe, on notera Cérès en opposition, un bel alignement planétaire, la lumière cendrée de la Lune, une occultation d’Aldébaran par la Lune, les delta-Léonides, et divers rapprochements entre la Lune et des planètes ou des étoiles. Bonnes observations !…. article de Futura Sciences

           Crédit image Timeanddate.com

Le 1er janvier 2018 (et, dans une moindre mesure, le 31 du même mois), la Lune sera un peu plus proche que d’habitude de la Terre. Si le terme « superlune » est un peu grandiloquent, voire trompeur, notre satellite, pour ces deux prochaines Pleines Lunes, méritera que l’on sorte pour admirer sa belle lumière.
Revoilà la « superlune ». Ce mois de janvier 2018, de manière tout à fait exceptionnelle, nous en offrira même (presque) deux, pour son premier jour et pour son dernier. Pour un observateur peu attentif des choses du ciel, l’évènement passe en général inaperçu. Il se produit quand la Lune est pleine et en même temps suffisamment proche de la Terre, donc près de son « périgée » sur son orbite elliptique. Celle-ci apparaît alors légèrement plus grande dans notre ciel et, partant, un peu plus lumineuse… de l’article de Jean-Luc Goudet de Futura-sciences Planète

Astéroïde interstellaire vérifié par la technologie alien

Un projet cherchant une vie intelligente dans le cosmos va vérifier le premier astéroïde interstellaire connu par des signes de technologie extraterrestre.
L’objet de forme étrange a été détecté alors qu’il se dirigeait vers le Soleil le 19 octobre 2017.
Ses propriétés suggèrent qu’il a été créé autour d’une autre étoile, ce qui en fait le premier corps à être repéré dans notre voisinage cosmique.
Une initiative soutenue par le milliardaire Yuri Milner utilisera un radiotélescope pour en écouter les signaux.
Les efforts de l’équipe débuteront mercredi, les astronomes observant l’astéroïde, qui s’éloigne actuellement de notre système solaire, à travers quatre bandes de fréquences différentes.
La première série d’observations au télescope Robert C Byrd Green Bank en Virginie-Occidentale devrait durer 10 heures.
Visiteur interstellaire donné un nom
Forme bizarre de l’astéroïde interstellaire
Les observations précédentes de l’objet, appelé ‘Oumuamua, ont noté sa forme étrange et allongée, le faisant ressembler un peu à un cigare.

Voir ICI

   Crédit image Spaceweather.com

Une «comète de roche» s’approche de la Terre

Vous avez entendu parler des comètes. Mais avez-vous déjà entendu parler d’une comète de roche?
Ils existent, et un gros s’approche de la Terre cette semaine.
Phaethon 3200 survolera notre planète le 16 décembre à seulement 10 millions de kilomètres.
Mesurant environ 5 km de diamètre, il est assez grand pour que les astronomes amateurs puissent photographier à travers des télescopes. De plus, cet objet étrange est le parent de la pluie annuelle de météorites des Geminides, qui arrivent également cette semaine.
Les observateurs de ciel peuvent voir des douzaines de Géminides par heure les 13 et 14 décembre 2017 pendant que les morceaux graveleux de la comète de roche se désintègrent dans la haute atmosphère de la Terre.
Visitez l’édition d’aujourd’hui de Spaceweather.com ICI  pour savoir comment observer les Géminides et leurs progénitures dans les nuits à venir!