Adhérer à l’ANRPFD en 2020

RRF : Réseau Relais Français!

Calendrier des Salons Radio 2020

ADHEREZ VIA PAYPAL Facile!

QTR UTC

Ecoute Satellite QO100!

News ANRPFD depuis 26/02/2017

Grey Line

Relais Radioamateur

Chronique SWL Nationale ANRPFD

nl

Associations Partenaires de l’ANRPFD

Cluster-DX-FOR-ME

Twitter – Facebook

Catégories

Twitter infos

Propagation Bandes HF

Cluster Dx Fun

Twitter

Prévisions Météo

Astronomie-Radioastronomie

La NASA diffuse les dernières sorties dans l’espace

pour améliorer le système d’alimentation de la station spatiale


L’astronaute de la NASA Bob Behnken (à gauche) est photographié lors d’une sortie dans l’espace pour échanger les batteries et mettre à niveau les systèmes d’alimentation de la structure en treillis Starboard-6 de la Station spatiale internationale. Sur la photo en bas à droite, une palette externe, saisie par le bras robotique du Canadarm2, qui abritait les piles remplacées sur le laboratoire en orbite. Behnken a été rejoint lors de l’excursion de six heures et sept minutes par l’astronaute de la NASA Chris Cassidy (hors cadre). Crédits: NASA

Les astronautes de la NASA Chris Cassidy, KF5KDR et Robert Behnken effectueront une paire de sorties dans l’espace jeudi 16 juillet et mardi 21 juillet 2020 pour terminer un effort de 3,5 ans pour mettre à niveau le système d’alimentation de la Station spatiale internationale.
La couverture commencera chaque jour à 6 h HAE sur NASA Television et sur le site Web de l’agence . Les sorties dans l’espace commenceront vers 7 h 35 et pourraient durer jusqu’à sept heures.
Cassidy et Behnken remplaceront les batteries nickel-hydrogène vieillissantes par de nouvelles batteries lithium-ion livrées à la station par un cargo japonais en mai 2020. Les remplacements se feront sur le canal d’alimentation 3B de la poutre tribord 6.
Au cours de la sortie dans l’espace du 16 juillet 2020, ils prévoient de retirer cinq des six anciennes batteries au nickel-hydrogène pour le système d’alimentation de la ferme et d’installer trois nouvelles batteries au lithium-ion, ainsi que le matériel d’accompagnement. La dernière batterie nickel-hydrogène sera retirée de la ferme et rangée le 21 juillet, lorsque Behnken et Cassidy s’aventureront dans la 300e sortie dans l’espace impliquant des astronautes américains depuis qu’Ed White est sorti de sa capsule Gemini 4 le 3 juin 1965.
Au total, 12 sorties dans l’espace auront été effectuées depuis janvier 2017 pour remplacer les batteries de huit canaux électriques utilisés pour acheminer l’électricité à la station.
Lorsque les mises à niveau de puissance seront terminées, les astronautes changeront de vitesse et retireront deux appareils de levage utilisés pour le traitement au sol des panneaux solaires de la station avant leur lancement. Ils commenceront également à préparer le module « Tranquillité » pour l’installation d’un sas commercial fourni par NanoRacks et qui devrait arriver sur un vol cargo SpaceX plus tard cette année. Le sas sera utilisé pour déployer des expériences commerciales et parrainées par le gouvernement dans l’espace.
Behnken sera désigné membre d’équipage extravéhiculaire 1 pour les deux sorties dans l’espace et portera une combinaison spatiale à rayures rouges. Cassidy sera le membre d’équipage extravéhiculaire 2 pour les deux sorties dans l’espace, vêtu d’un costume sans rayures.
Ce seront les 230e et 231e sorties dans l’histoire de l’assemblage, de la maintenance et des améliorations de la station spatiale. Ils seront également les neuvième et dixième pour Cassidy et Behnken, qui rejoindront les anciens astronautes de la NASA Michael Lopez-Alegria et Peggy Whitson avec le plus de sorties dans l’espace des Américains.
Cassidy est arrivé à la station spatiale en avril, prenant le commandement de l’expédition 63. Behnken, qui est ingénieur de vol pour l’expédition, est arrivé à la station en mai avec un autre astronaute de l’équipage commercial Douglas Hurley à bord du vol d’essai du SpaceX’s Crew Dragon Demo-2. .
Pendant près de 20 ans, les humains ont vécu et travaillé en permanence à bord de la Station spatiale internationale, faisant progresser les connaissances scientifiques et démontrant de nouvelles technologies, rendant impossible des percées de recherche sur Terre qui permettront une exploration humaine et robotique de longue durée dans l’espace lointain. En tant qu’entreprise mondiale, 239 personnes de 19 pays ont visité le laboratoire de microgravité unique qui a hébergé plus de 2 800 recherches de chercheurs de 108 pays et régions.
Pour plus d’informations sur la Station spatiale internationale, ses recherches et son équipage ICI

La station météorologique solaire écoute la foudre!

Les stations météorologiques personnalisées sont assez courant de nos jours, un projet  en particulier autour du ESP8266. Câblez un capteur au MCU, allumez-le avec un ancien chargeur de téléphone et vous êtes à mi-chemin. Mais si vous voulez quelque chose qui fonctionnera à distance sur le long terme, vous devez y réfléchir un peu plus.
C’est exactement ce que [BuckarewBanzai] a fait pour sa station météorologique à énergie solaire Raspberry Pi. Avec un boîtier industriel NEMA, un panneau photovoltaïque robuste de 35 watts et une capacité de batterie au plomb suffisante pour maintenir le spectacle pendant des jours, cette construction est certainement plus robuste que la plupart. Certains pourraient appeler cela de la surpuissance, mais nous pensons que quiconque a déjà déployé du matériel à l’extérieur pendant plus de quelques jours sait que vous ne pouvez jamais être trop prudent lorsque Dame Nature est impliquée.
Pour garder la batterie de 18 Ah au maximum, [BuckarewBanzai] utilise un contrôleur de charge Wanderer de 10 ampères. On dirait qu’il a brûlé quelques modèles moindres avant de s’installer sur celui-ci; quelque chose à considérer pour vos propres projets hors réseau. Un régulateur LM2596 est ensuite utilisé pour fournir un 5 V stable pour le Raspberry Pi.
En plus du capteur environnemental BME280 qui détecte la température, l’humidité et la pression, il y a également un capteur de foudre AS3935 à bord qui, selon [BuckarewBanzai], peut détecter des impacts jusqu’à 40 kilomètres de distance. Toutes ces données environnementales sont collectées et stockées dans une base de données SQLite locale, et sont déplacées hors site toutes les cinq minutes avec une API REST afin qu’elles puissent être visualisées avec Grafana.
Les critiques de l’auditoire reprendront sans aucun doute la planche à pain sans soudure située au centre de la station météo, mais [BuckarewBanzai] dit qu’il est déjà sur l’affaire. Il travaille sur un PCB personnalisé qui acceptera les différents composants modulaires. Non seulement cela devrait rendre la station plus fiable, mais il dit que cela réduira le câblage «spaghetti». Pour mémoire, ce n’est certainement pas le pire délinquant que nous ayons vu dans ce département.
Lire l’article complet ICI

ÉCLIPSE SOLAIRE «ANNEAU DE FEU»

Le soleil est sur le point de devenir un «anneau de feu». Le 21 juin, la Lune passera directement devant le soleil, produisant une éclipse solaire annulaire sur l’hémisphère oriental de la Terre. Le graphiste Larry Koehn a créé cet aperçu animé:
Les éclipses annulaires ne sont pas totales. Seulement environ 99% du disque solaire sera couvert. Le reste fait saillie autour de la Lune, créant un «anneau de feu». Le chemin étroit de l’angularité s’étend de l’Afrique de l’Est à l’océan Pacifique, avec une couverture la plus importante sur l’Himalaya du nord de l’Inde à 06:41 UT.
Une éclipse partielle, dans laquelle une plus petite fraction du soleil est couverte, peut être observée à travers une zone beaucoup plus large, y compris des parties de l’Europe, du Moyen-Orient, de l’Inde, de presque toute l’Asie et de l’extrême nord de l’Australie. Observateurs, faites attention! Un soleil partiellement éclipsé est toujours dangereusement brillant et ne doit pas être regardé à travers une optique grossissante. Essayez plutôt des techniques de projection .
Parce que les éclipses annulaires ne sont pas, techniquement, totales, elles sont parfois considérées comme des événements mineurs…..

Source Spaceweather.com

Eclipse solaire et trafic Radioamateur 21/06/2020!

Il y a une éclipse solaire annulaire à venir le dimanche 21 juin 2020
Même s’il ne s’agit pas d’une éclipse totale, la plupart des radiations du soleil seront bloquées et un groupe de scientifiques recherche des volontaires pour surveiller une balise horaire chinoise sur 10.000 MHz pour tout changement.
Ce projet de science citoyenne consiste à surveiller la norme de temps pendant de longues périodes à l’aide du logiciel FLDIGI.
Plus d’infos….ICI  
L’éclipse soulève également la possibilité pour les individus de faire leurs propres expériences. Est-il possible de surveiller, par exemple, des signaux WSPR qui croisent le chemin ou peut-être de surveiller la puissance du signal d’une station de diffusion?
Cela impliquerait probablement de faire des tests de chaque côté de l’éclipse solaire pour s’assurer que les effets que vous avez vus étaient bien du à l’éclipse.
L’éclipse commence vers 04:30 UTC et se termine vers 08:30 UTC. Le point maximum sera au-dessus du nord de l’Inde vers 06h30 UTC.

Source SpaceWeater.com

La NASA organise un briefing du lancement de Perseverance Rover vers Mars en 2020

Le leadership de la NASA et un panel de scientifiques et d’ingénieurs présenteront en avant-première la prochaine mission de la NASA « Perseverance Rover »sur la planète rouge, Mars 2020  , lors d’une conférence de presse à 14 h HAE le mercredi 17 juin. La conférence en direct sera diffusée sur Facebook , Ustream , YouTube , Twitter , NASA Television et le site Web de l’agence.
La persévérance est un scientifique robotique pesant un peu moins de 2 300 livres (1 043 kilogrammes). La mission d’astrobiologie du rover recherchera des signes de la vie microbienne passée sur Mars, caractérisera le climat et la géologie de la planète, collectera des échantillons de roches et de sol pour un futur retour sur Terre et ouvrira la voie à l’exploration humaine vers la planète rouge.
Les participants au briefing seront:

  • Administrateur de la NASA Jim Bridenstine
  • Lori Glaze, directrice de la Division des sciences planétaires de la NASA au siège de la NASA à Washington
  • Katie Stack Morgan, scientifique adjointe du projet Persévérance au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA en Californie du Sud
  • Matt Wallace, chef de projet adjoint Persévérance au JPL
  • Luis Dominguez, adjoint à l’intégration électrique de Persévérance et responsable des tests au JPL
  • Omar Baez, directeur du lancement du programme de services de lancement de la NASA au Kennedy Space Center de la NASA en Floride.
  • Les médias et le public peuvent également poser des questions sur les réseaux sociaux lors du briefing en utilisant #AskNASA.

Le lancement de la mission est prévu depuis le Space Launch Complex 41 à la station de Cape Canaveral Air Force en Floride à 9 h 15 HAE (6 h 15 HAP) le 20 juillet. Le lancement est géré par le programme des services de lancement de la NASA . Il atterrira au cratère Jezero de Mars le 18 février 2021.
Pour en savoir plus sur la persévérance,  ICI    et   ICI

Une explosion à l’œil nu de la comète SWAN

Cette semaine, une explosion de la comète SWAN (C / 2020 F8) a surpris les observateurs de l’hémisphère sud, qui ont pu voir la comète s’éclairer de leurs yeux sans aide.
SWAN est une comète fraîche, et plus d’explosions de son noyau nouvellement ensoleillé sont possibles dans les nuits à venir.
Visitez l’édition d’aujourd’hui de Spaceweather.com pour l’histoire complète

La comète ATLAS s’éclaircit plus rapidement que prévu

Préparez-vous pour une balade sauvage. La comète ATLAS (C2019 Y4) plonge vers le soleil et, si elle ne s’envole pas d’abord, elle pourrait devenir l’une des comètes les plus brillantes depuis  des années.
Les astronomes amateurs obtiennent déjà des images fantastiques alors que la comète s’éclaircit encore plus rapidement que prévu.
Visitez Spaceweather.com pour l’histoire complète

Un mystérieux visiteur des profondeurs de l’espace, la comète interstellaire 2I / Borisov, a été capturé par @ NASAHubble qui s’éloignait de notre système solaire. Cette photo du 9 décembre montre la comète après une approche rapprochée du Soleil où elle a atteint une vitesse maximale de 100 000 mph:  ICI  

Source Twitter NASA/ANRPFD

 

Les explosions solaires, telles que celle capturée par un satellite de la NASA en juin 2015, peuvent causer des dégâts considérables sur les réseaux électriques et les télécommunications sur Terre. Crédit: Observatoire Solar Dynamics, NASA

1921 événement solaire

Le magazine Scientific American rapporte que de nouvelles données suggèrent que le «New York Railroad Storm» de 1921 aurait pu dépasser l’intensité du célèbre Carrington Event de 1859.
Dans un article publié dans la revue Space Weather, Jeffrey Love de l’US Geological Survey et ses collègues ont réexaminé l’intensité de l’événement de 1921, connu sous le nom de « New York Railroad Storm », avec plus de détail que jamais. Bien que différentes mesures d’intensité existent, les tempêtes géomagnétiques sont souvent notées sur un indice appelé temps de tempête de perturbations (Dst), une manière de mesurer l’activité magnétique globale en faisant la moyenne des valeurs de l’intensité du champ magnétique terrestre mesuré à plusieurs endroits. Le niveau de Dst de base de notre planète est d’environ -20 nanoteslas (nT), avec une condition de «superstorm» définie comme se produisant lorsque les niveaux tombent en dessous de –250 nT.
Des études sur les données magnétiques très limitées du « Carrington Event » ont montré que son intensité était comprise entre –850 et –1 050 nT. Selon l’étude de Love, la tempête de 1921 a toutefois atteint environ -907 nT. «La tempête de 1921 aurait pu être plus intense que celle de 1859», déclare Love. «Avant la rédaction de notre document, il était clair que [la tempête de 1921] était intense, mais à quel point l’intensité n’était pas vraiment claire.»
Lire l’histoire complète ICI
Source ICI

La caméra NO-104 sera en direct cette semaine

Les contrôleurs du NO-104 (PSAT-2) ont annoncé que le 13 septembre avoir ordonné à l’appareil photo de prendre une photo et de la stocker en mémoire toutes les 10 minutes. Ce mode devrait durer 7 jours ou au moins jusqu’à la prochaine session de commande du lundi.
Le compteur émetteur, qui sélectionne une image pour la liaison descendante, n’est pas synchronisé avec l’appareil photo. Par conséquent, le délai entre l’acquisition d’une image et sa transmission est incertain, jusqu’à un maximum de 64 minutes.
Chaque image sera reliée une fois pour que chaque réception compte.
La liaison descendante ne fonctionne pas pendant l’éclipse.
Plus d’informations ICI 
Ales Povalac, OK2ALP et Tomas Urbanec, OK2PNQ
ANS

Un schéma illustrant la structure d’une jeune étoile massive, plus de 100 fois la masse du Soleil comme devaient l’être les étoiles de première génération quelques centaines de millions d’années tout au plus après le Big Bang. Comme dans toutes les étoiles, la pression du gaz de particules, noyaux, électrons et photons est normalement en équilibre avec la pression causée par la gravité de l’étoile. Mais dans une étoile d’au moins 140 masses solaires, les photons gamma sont si énergétiques (les traits ondulés sur le schéma) qu’ils finissent par créer des paires d’électron et de positron, donc de l’antimatière. © Nasa/CXC/M. Weiss

Certaines supernovae très brillantes pourraient provenir de la création de paires de particule et antiparticule. Un groupe d’astrophysiciens pense avoir observé le premier exemple indiscutable de ce type d’explosion d’étoile avec de l’antimatière : SN 2016iet.

Un schéma illustrant la structure d’une jeune étoile massive, plus de 100 fois la masse du Soleil comme devaient l’être les étoiles de première génération quelques centaines de millions d’années tout au plus après le Big Bang. Comme dans toutes les étoiles, la pression du gaz de particules, noyaux, électrons et photons est normalement en équilibre avec la pression causée par la gravité de l’étoile. Mais dans une étoile d’au moins 140 masses solaires, les photons gamma sont si énergétiques (les traits ondulés sur le schéma) qu’ils finissent par créer des paires d’électron et de positron, donc de l’antimatière. © Nasa/CXC/M. Weiss 
La température ne va cesser de grimper et en très peu de temps le cœur de l’étoile, contenant un mélange de noyaux de carbone et d’oxygène, va exploser du fait des réactions thermonucléaires qui se produisent alors en convertissant sa matière en noyaux lourds. Prend alors naissance un nouveau type de supernova baptisée Pair Instability Supernovae (PISNe) ne laissant aucun astre compact derrière elle (sauf éventuellement un trou noir si l’étoile est suffisamment massive, c’est-à-dire probablement au-delà de 260 masses solaires). L’explosion doit surpasser celle d’une supernova normale et s’accompagner de la production d’une grande quantité de nickel radioactif en plus d’une grande quantité de matière éjectée.

Mais attention, si l’étoile est en quelque sorte annihilée, ce n’est pas la production d’antimatière qui en est responsable, les positrons ne pouvant d’ailleurs pas annihiler les protons et les neutrons des noyaux de l’étoile. C’est bien le souffle de l’explosion, l’onde de choc produite, qui disperse totalement la matière de l’étoile génitrice de la PISNe.
SN 2016iet : une supernova exotique repérée par Gaia
Depuis quelques années, des candidats au titre de PISNe ont été détectés mais en dernière analyse, aucun n’a finalement convaincu la communauté des astrophysiciens. Il semble que cela va changer avec l’annonce faite par une équipe de chercheurs principalement états-uniens via un article publié dans The Astrophysical Journal et en accès libre sur arXiv.
Tout a commencé, le 14 novembre 2016, avec la détection par le satellite Gaia de l’ESA de la supernova cataloguée sous la dénomination de SN 2016iet. Elle a rapidement mobilisé une batterie de télescopes et d’observateurs, en particulier le télescope Gemini North au sommet du Mauna kea à Hawaï, mais aussi le télescope Magellan situé à l’observatoire Las Campanas au Chili.Image de SN 2016iet et de sa galaxie hôte la plus probable, prise avec le télescope de 6,5 mètres à l’observatoire de Las Campanas, le 9 juillet 2018. © Gemini Observatory 
SN 2016iet s’est révélée être une supernova très inhabituelle, déjà par le fait que la durée de sa courbe de lumière était anormalement longue et il a fallu environ 800 jours avant que sa luminosité tombe au centième de celle qu’elle avait à son maximum. Il y avait aussi peu d’émissions de raie de l’hydrogène, ce qui indiquait une étoile plutôt isolée ainsi qu’un manque de signatures de la présence d’éléments lourds. Il s’agissait somme toute de signatures chimiques très curieuses pour une supernova dont la distance à la Voie lactée (environ un milliard d’années-lumière) indiquait qu’elle était intrinsèquement très lumineuse pour être aussi brillante et devait donc provenir d’une étoile particulièrement massive…. de l’article de Laurent Sacco de Futura Sciences.

Ce qu’il faut retenir
Quand une étoile atteint environ 100 masses solaires, sa température est si élevée que les réactions de fusion thermonucléaire produisent des photons gamma capables de matérialiser des paires d’électron et de positron.
Cette production d’antimatière peut conduire à un emballement des réactions de fusion.
Entre 100 et 130-140 masses solaires, l’étoile peut se mettre à pulser en faisant des explosions en supernova sans détruire l’étoile, éjectant juste des dizaines de masses solaires.
Au-delà de 130-140 masses solaires, la supernova par production de paires devient une Pair Instability Supernovae (PISNe), c’est-à-dire une supernova par instabilité de paires et le souffle de son explosion la détruit complètement.
Le premier cas solide de supernova par production de paires – PISNe, ou PPISNe si l’étoile est en dessous de 140 masses solaires – a probablement été observé : SN 2016iet.

A l’occasion du 14éme festival astrojeunes et du 29éme festival d’astronomie de Fleurance, le radioclub du Gers (F5KHP) activera l’indicatif spécial TM14FAJ du 01/08/2019 au 15/08/2019.
QSLs via bureau pour F5KHP, direct via F8BMG, EQSL : OK, Clublog : OK
Liste des opérateurs:
F1BOH, F1UFW, F4CWN, F4HVH, F4HVO, F5BUU, F5GFE, F5JMH, F5LNT, F5OGJ, F6BYZ, F6FUD, F6GGX, F8BMG.
Entièrement dédié aux jeunes de 4 à 17 ans, le Festival Astro-jeunes permet une découverte du ciel, des étoiles et de l’astronautique tout en s’amusant ! Cette manifestation, unique en son genre en Europe, est préparée et animée, en collaboration entre les association du Groupe Ferme des Etoiles, l’association UniverSCiel – intégrant des jeunes chercheurs issus de laboratoires de recherche nationaux (IRAP, ONERA, Observatoire de Paris, IPAG, APC, IPGP) et internationaux (Angleterre) – avec le concours du CNES, de la revue Espace & Exploration, des Radio amateurs du Gers.
Festival-astronomie ICI
F5KHP ICI

Source QRZ.com ICI

Le lâcher du ballon aura lieu le mardi 23 juillet 2019 entre 10h et 11h (ou 14h selon les conditions météorologiques) ou à défaut le mercredi 24 juillet 2019 entre 10h et 14h (toujours pour des raisons de météo). A l’occasion du 50ème anniversaire de la Mission « Apollo 11 »
L’équipe composée de Gilles CHARLES (technicien Gremi-Prisme – Université d’Orléans), Flavien VALENSI (Laboratoire Laplace « Toulouse »), Christophe OZOG, Antoine PERREUX ainsi que deux Radioamateurs, F4CQA Christophe LUCAS et F4FCH Christophe CONTENT ont décidé du lancement d’un ballon sonde
La caméra embarquée sera équipée d’un émetteur DATV (vidéo numérique) qui permettra de visionner  le vol en direct sur Internet (YouTube). Le lien sera public, les mots clés à insérer dans le moteur de recherche : « ballon 50 ans apollo 11 ». Une caméra supplémentaire Gopro enregistrera une vue de la nacelle pendant le vol.
Tout lancement d’aérostats en vol libre est soumis à des autorisations auprès de la DGAC (Direction générale de l’aviation civile) que nous avons obtenu.
Le lancement aura lieu depuis VENESMES (18), lieu « les champs de la plante » position GPS : 46.8317 N et  2.3059 E. ICI

Alain RIAZUELO, astrophysicien à l’IAP, spécialiste de l’univers primordial offre par le biais de cette vidéo une vision juste et largement compréhensible de ce qu’est un trou noir selon l’état actuel des connaissance scientifiques. Un discours simple et précis qui peut aussi, pour les plus curieux d’entre nous, servir de point de départ à de plus amples recherches personnelles.

 

GRCon18: Radiotélescopes Open Source

Al Williams WD5GNR écrit sur Hackaday à propos de la présentation donnée par John Makous à la conférence sur la radio GNU 2018
Qui n’aime pas regarder le ciel nocturne? Mais si vous aimez la radio, il existe une toute autre façon de regarder à l’aide de radiotélescopes.
Lors de la conférence GNU Radio, John Makous a expliqué comment il avait travaillé à la création d’un radiotélescope qui soit pratique à construire et à utiliser par des étudiants plus jeunes.
Regardez la vidéo et lisez le post de Hackaday ICI
Présentations GNU Radio ICI