Site Associatif ANRPFD

Adhérer à l’ANRPFD en 2021

RRF : Réseau Relais Français!

Nos Moyens de Communications

ADHEREZ VIA PAYPAL Facile!

QTR UTC

Ecoute Satellite QO100!

News ANRPFD depuis 26/02/2017

Propagation

Relais Radioamateur

Grey Line

Relais Radioamateur

Chronique SWL Nationale ANRPFD

nl

Associations Partenaires de l’ANRPFD

Cluster-DX-FOR-ME

Twitter – Facebook

Catégories

Twitter infos

Liens Techniks, Om, RC, Divers

Propagation Bandes HF

Cluster Dx Fun

Twitter

Prévisions Météo

Intruders

Les Radioamateurs allemands s’attaquent à la pollution sonore RF

Le DARC rapporte que 35 systèmes de surveillance de zone de bruit électrique (ENAMS) ont été livrés et 20 autres emplacements sont recherchés dans le cadre de l’effort de surveillance des interférences causées par le bruit d’origine humaine sur les bandes HF.ENAMS est basé sur des stations de mesure installées à l’échelle nationale qui fonctionnent comme un réseau. Avec leur aide, le DARC peut faire des déclarations scientifiquement fiables sur les niveaux d’interférence sur les fréquences. Comme on le sait, les interférences ont augmenté ces dernières années, car divers appareils grand public font monter le niveau de bruit.
Le projet ENAMS a été financé par le DARC Membership Pro en 2018.
ENAMS ICI
Source DARC ICI

La newsletter de novembre IARUMS maintenant disponible

L’IARU 1 Surveillance Bulletin système dit en Novembre la bande Radioamateur 28 MHz souffert de signaux de bouées de pêche ainsi que sur l’horizon Radars (OTHR) qui ont été entendus tous les jours
Le système International Amateur Radio Union Monitoring (IARUMS) Région 1 Novembre 2020 La newsletter peut être consultée ICI
 Les enregistrements des transmissions militaires peuvent être consultés sur le Wiki Signal Identification Guide ICI
Surveillez les bandes d’ondes courtes en ligne avec un récepteur SDR basé sur le Web ICI 
IARU Monitoring System (IARUMS) ICI

L’outil mesure l’EMI de la ligne électrique

Kenneth Wyatt KX7KW écrit pour EDN à propos d’un adaptateur EMI de ligne électrique qui peut être utilisé avec des analyseurs de spectre ou des oscilloscopes pour évaluer l’EMI de ligne électrique conduite le problème croissant du bruit RF sur les lignes électriques
Depuis que nous sommes passés de l’éclairage incandescent à l’éclairage LED et de l’éclairage linéaire Pour les alimentations à découpage, les interférences électromagnétiques sur les lignes électriques ont commencé à devenir un problème, en particulier pour ceux d’entre nous qui apprécient encore la Radio AM et les Ondes Radioamateurs de 0,54 à 30 MHz.
Ajoutez les arcs et les amorçages de la ligne de transmission électrique défectueuse, et de nombreux amateurs de radio amateur et opérateurs militaires ne peuvent tout simplement pas recevoir les stations nationales et internationales avec le hachage résultant sur leurs récepteurs.
Lisez l’article EDN complet ICI

Expertise sur le DAS : l’ANFR fait l’acquisition d’un banc de test

L’ANFR a retenu, dans le cadre d’un appel d’offres lancé en juillet dernier, la société française ART-FI pour l’acquisition d’un nouveau banc de test de mesures du DAS des téléphones portables. Avec cet appareil innovant, l’Agence se dote d’un véritable laboratoire pour expertiser les évolutions matérielles et logicielles des téléphones, notamment dans le contexte de l’arrivée de la 5G. L’ANFR conforte ainsi son rôle d’acteur de référence dans le domaine.
Dans le cadre de sa mission de contrôle de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques, l’ANFR réalise des vérifications sur les téléphones portables et  les équipements radioélectriques émettant plus de 20 mW et ayant vocation à être utilisés à proximité du corps. L’ANFR s’assure en particulier de la conformité du DAS de ces appareils à la réglementation. Elle procède à des prélèvements inopinés d’appareils sur les lieux de vente.
Des contrôles de plus en plus exigeants
Actuellement, les contrôles de DAS réalisés par l’ANFR dans le cadre de la surveillance du marché sont externalisés. Cette externalisation, indispensable compte tenu du volume de mesures réalisées, doit néanmoins s’accompagner d’expérimentations pour affiner les protocoles de test et contribuer ainsi aux nombreuses évolutions de ce domaine.
Les évolutions possibles du téléphone ayant une incidence sur l’exposition sont d’une part matérielles, avec des téléphones dont les composants peuvent varier au cours de leur fabrication, et d’autre part logicielles, le téléphone étant doté de plus en plus d’outils pour gérer en temps réel la puissance transmise de façon à respecter la réglementation. De plus, la nouvelle technologie 5G  a fait évoluer les téléphones avec l’intégration de plusieurs antennes dans le terminal, ce qui nécessite d’ajuster le protocole de mesure en conséquence.  La nouvelle bande de fréquence 26 GHz, quant à elle, va également apporter des questions nouvelles : l’exposition ne sera plus mesurée avec le DAS (Watt par kilo) mais avec la densité de puissance (Watt par m²) puisque l’énergie dissipée dans les tissus reste localisée à la surface de la peau lorsqu’on monte en fréquence.
Enfin, dans le contexte des évolutions des normes envisagées à la suite du dernier avis de l’Anses sur le sujet, le DAS tronc, aujourd’hui évalué à 5 mm, pourrait être évalué à des distances moindres, notamment au contact.
Pour répondre à ces nouveaux défis, l’ANFR s’est dotée d’un nouveau banc de mesures du DAS qui lui permettra d’approfondir son expertise dans le domaine et de mieux appréhender la manière dont les nouveaux téléphones portables gèrent leur puissance tandis qu’il interagissent avec les réseaux mobiles.  Cette connaissance apparaît indispensable pour s’assurer que les contrôles réalisés couvrent bien les caractéristiques des nouveaux terminaux mis sur le marché ainsi que ces « usages raisonnablement prévisibles » que prévoit la norme. Elle permettra également, le cas échéant, de proposer des évolutions du protocole de mesure pour qu’il réponde au mieux aux nouvelles technologies déployées au sein des téléphones.
Un partenariat avec la start-up française ART-FI
L’acquisition du nouveau banc de test de mesure du DAS fait l’objet d’un partenariat avec la start-up ART-FI, labellisée French Tech, qui a développé et breveté le système de mesure ART-MAN.
Ce banc est constitué d’une partie appelée fantôme qui simule la tête ou le corps. Il s’y trouve une grille rectangulaire de capteurs conçue pour mesurer sur cette surface les deux composantes de champ électrique tangentielles orthogonales. La mesure vectorielle des champs en amplitude et en phase sur une seule surface suffit pour récupérer instantanément la distribution volumique du champ électrique. Elle peut alors déterminer le niveau de DAS maximal dans une configuration donnée, sans avoir besoin d’approcher les lois physiques de la propagation du champ électromagnétique.
Ce système de capteurs fixe permet de faire des mesures rapides sans avoir à déplacer les sondes dans tout le volume du fantôme. Cela entraine un gain de temps par rapport aux mesures traditionnelles, mais aussi la possibilité de visualiser en temps réel la variation du DAS au cours du temps.

La vidéo ICI

RASA écrit au président de l’IARU sur  leQRM40m

Le « Radio Amateur Society of Australia » (RASA) a écrit au président de l’IARU le 1er octobre au sujet de l’interférence chronique sur la bande de 40 m dans la région 3.
La grande majorité des stations intruses parlent indonésien et ne s’identifient pas. Ils fonctionnent dans la moitié inférieure de 40 m, en utilisant USB, souvent par multiples de 10 kHz.
Ces stations sont reçues en continu à Darwin, en Australie et tous les après-midi / soir dans le reste du continent australien. Ils causent des interférences nuisibles aux stations amateurs australiennes. Ils causeraient également des brouillages préjudiciables aux stations amateurs dans toute l’Asie du Sud-Est, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et la Micronésie.
La RASA a signalé ce problème pour la première fois au président de la région 3 de l’IARU il y a deux ans.
Dans l’intervalle, l’ingérence a augmenté en gravité. Il semble que la popularité des modes numériques autour de 7065-7075 kHz oblige les stations illégales à descendre dans le segment CW en dessous de 7050 kHz.
Le RASA a de nouveau signalé ce problème au Président de l’IARU de la Région 3 le 2 septembre, mais n’a pas reçu de réponse.
La RASA a approché le régulateur australien, l’ACMA, l’année dernière sur cette question, et leur a demandé de mener leur propre suivi, en vue d’une plainte formelle via les processus de l’UIT.
Malheureusement, la RASA a été informée qu’en raison des compressions de personnel, l’ACMA n’a pas été en mesure d’effectuer la surveillance requise.
En l’absence de mesures réglementaires officielles du gouvernement, la RASA est d’avis que l’IARU, en tant qu’organisation faîtière régionale, devrait jouer un rôle proactif dans la résolution de ce problème.
La RASA a suggéré dans sa lettre au Président de l’IARU que l’IARU et la société nationale indonésienne des Radioamateurs élaborent un plan d’action et proposent leur assistance en cas de besoin.
Aucune réponse n’a été reçue à ce jour.

IARUMS: nouveau coordinateur et vice-coordinateur

Le système de surveillance de l’IARU dans la région 1 (Europe / Afrique / Moyen-Orient) a un nouveau coordinateur et un nouveau vice-coordinateur
Le site IARU-R1 dit:
Le nouveau coordinateur IARUMS Région 1, Gaspar Miró, EA6AMM , nomme Peter Jost, HB9CET , comme Vice-coordinateur IARUMS R1, après avoir reçu son accord.
Tous deux travaillent ensemble au sein de l’IARUMS depuis plus d’un an, une excellente collaboration, comme le souligne Gaspar. Il apprécie les vastes connaissances et les années d’expérience de Peter avec les signaux d’intrusion sur les bandes Radioamateur – et avec les IARUMS. «Je suis ravi de continuer à travailler avec lui», déclare Gaspar.
Système de surveillance IARUMS ICI

La newsletter IARUMS de septembre maintenant disponible

Le dernier bulletin d’information du système de surveillance de la région 1 de l’IARU montre que les radars Over The Horizon (OTH) continuent de nuire à nos allocations primaires Radioamateurs Peter Jost, HB9CET, coordinateur de l’IARUMS R1, commente:
« Comme c’était le cas toute l’année, les nombreux radars OTH nous ont massivement tourmentés En plus du radar russe actif quotidien Contayner, des OTHR d’Extrême-Orient ont également été souvent entendus. Un système avec 50 sps (bips) et une bande passante d’environ 10 kHz a été de plus en plus remarqué. Nous ne savons pas s’il s’agit d’une variante du système de rafale connu sous le nom de « Foghorn » (surnom) ou d’un nouveau.  »
Le bulletin d’information de la région du 1er septembre 2020 du Système international de surveillance de l’Union des radioamateurs (IARUMS) peut être lu  ICI
Les enregistrements des transmissions militaires peuvent être trouvés sur le Wiki Signal Identification Guide  ICI
Surveillez les bandes d’ondes courtes en ligne avec un récepteur SDR basé sur le Web ICI
IARU Monitoring System (IARUMS)  ICI

L’Ofcom va introduire de nouvelles conditions de licence de spectre

Ofcom est de nouvelles conditions de licence pour les utilisateurs du spectre , afin d’ assurer leur équipement continue de fonctionner dans des directives internationales champ électromagnétique (CEM).
Toute utilisation du spectre génère des champs électromagnétiques.
Il existe des directives de sécurité internationales – élaborées par la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) – qui fixent les niveaux maximaux d’exposition aux CEM pour la protection du grand public. Ces niveaux sont approuvés par Public Health England.
Les fabricants, installateurs et exploitants d’équipements sans fil devraient déjà connaître les directives de l’ICNIRP et en tenir compte dans la manière dont ils planifient leurs services.
Pour nous assurer que cela reste toujours le cas, nous avons proposé de nouvelles conditions pour les titulaires de licences de spectre plus tôt cette année. Après consultation, nous avons maintenant décidé d’introduire les nouvelles conditions de licence.
Cela signifie que les titulaires de licence utilisant un équipement autorisé à transmettre à des niveaux de puissance supérieurs à 10 Watts doivent fonctionner selon les directives de l’ICNIRP comme condition de leur licence Ofcom – y compris la conservation des données et des enregistrements de tout test pour démontrer leur conformité.
Nouvel outil en ligne
Alors que la plupart des détenteurs de licences de spectre devraient déjà intégrer les directives de l’ICNIRP dans leurs services, nous allons lancer un outil en ligne (notre calculateur EMF) pour aider à rendre aussi simple que possible pour les gens de vérifier si l’utilisation de leur équipement radio est susceptible de se conformer. avec les lignes directrices. Celui-ci sera disponible à titre d’essai dans un premier temps et nous tiendrons compte des retours que nous recevrons avant de lancer la version complète.
Prochaines étapes
Parallèlement à notre décision d’introduire la nouvelle condition de licence, nous avons publié une consultation portant sur le libellé mis à jour de la condition; notre guide mis à jour sur la conformité et l’application des CEM; et une version d’essai de notre nouveau calculateur EMF en ligne. Nous attendons vos commentaires à ce sujet d’ici le 16 novembre 2020, après quoi nous commencerons à faire varier les licences pertinentes pour inclure la nouvelle condition. Nous lancerons également notre calculateur EMF en ligne finalisée.

Le silence des LED

Le directeur RSGB VHF John Regnault G4SWX décrit comment il a traité le problème d’un voisin qui utilisait des lumières LED polluantes qui ont ruiné l’environnement RF
John dit que le voisin avait une série de projecteurs PIR pour éclairer la zone autour de son barbecue. Bien sûr, lorsqu’il a eu un événement après la tombée de la nuit, ce qui était assez fréquent, les projecteurs à LED ont presque tout effacé de 1,8 à 144 MHz.
Lisez le message RSGB-Workshop ICI
Le groupe RSGB-Workshop est ouvert à tous, pas seulement aux membres du RSGB. Vous pouvez vous inscrire ICI

Transmission illégale sur les canaux de la police

Il est illégal pour quiconque (à l’exception de la police néo-zélandaise) de transmettre sur les canaux de la police. Les radiocommunications non sollicitées peuvent causer de graves dommages et mettre en danger les agents et le public néo-zélandais.
La gestion du spectre radioélectrique prend une position très sérieuse contre ceux qui perturbent ou causent des interférences à la police ou à d’autres services d’urgence.
Récemment, la gestion du spectre radio a aidé la police d’Otago à porter des accusations contre Scott Kelly, qui perturbait intentionnellement les radiocommunications de la police. Le coupable utilisait une radio illégale pour faire des ravages à Mosgiel. Kelly a comparu devant le tribunal du district de Dunedin et a plaidé coupable à plusieurs chefs d’accusation de police et à deux chefs d’accusation en vertu de la Radiocommunication Act 1989, s113 et s114. 
En savoir plus :

Traquer une source de pollution RF

Sur le SWLing Post Emilio Ruiz décrit comment il a retrouvé une source de pollution RF qui ruinait la réception radio.
Au début de l’année, j’étais triste parce que chez moi, un terrible bruit RFI est apparu. Les mois suivants, le bruit a augmenté jusqu’à S9 !!.
Jour et nuit, mes récepteurs et mes sentiments ont été tellement amortis par cette formidable RFI – seule la bande de diffusion inférieure (900 à 540 kHz) y était relativement immunisée.
Hier, nous avons eu une tempête et le réseau électrique s’est éteint, j’ai donc connecté une batterie de 12 volts à mon émetteur-récepteur de surplus militaire RT-749b et les signaux reçus étaient très propres comme au «bon vieux temps».
Lorsque l’électricité est revenue, la RFI l’a fait aussi !!
Lisez l’histoire complète ICI

Nouveau formulaire de rapport en ligne pour DARC Bandwatch

Le DARC allemand prend au sérieux le problème des intrus dans les bandes Radioamateur et a formé « Bandwatch » pour résoudre le problème.Une
traduction de l’article du DARC se lit comme suit:
Le DARC Bandwatch a maintenant son propre formulaire de rapport pour les intrus ICI
Vous pouvez également y envoyer une capture d’écran du diagramme de la cascade ou un fichier son. La « Bandwatch » a ouvert un autre canal de communication encore plus facile à utiliser. Tous les rapports entrants sont évalués rapidement et les mesures appropriées sont prises.
L’émetteur reçoit toujours des commentaires sur le processus. Nous nous réjouissons de vos rapports et de pouvoir vous aider.
Daniel Möller, DL3RTL, responsable de la montre DARC Bandwatch.
Source DARC  ICI

Article de protection RF Raspberry Shake

Radioamateur Andy Hansis K7FED a découvert que le « sismographe Raspberry Shake » ne disposait pas d’un blindage RF adéquat, il a donc créé une enceinte étanche RF.
J’ai trouvé que le Raspberry Shake était TRÈS sensible aux interférences radio-fréquence (RF). Même mon émetteur-récepteur basse puissance 900 MHz pour ma station météo était suffisant pour provoquer des pointes à 40 pieds du Shake quand il était dans la maison! Inutile de dire que la saisie d’une radio HF à 500 watts a un impact assez important sur les données.
Étant dans un petit lot urbain, il n’y avait pas de bon moyen de séparer le Shake des antennes avec beaucoup de distance et je voulais faire sortir le Shake de la maison pour réduire un peu le bruit urbain de la vie. Je suis également à 60 pieds d’une artère à quatre voies avec des voitures et des camions poids lourds à 40 mi / h. Je savais que le bruit de la circulation n’aiderait pas du tout.
Il était temps d’agir et d’essayer d’isoler  ma station(mon Shake) de tout ce bruit en construisant un coffre-fort!
Lisez l’article Raspberry Shake  ICI
Andy K7FED sur Twitter  ICI

RASA écrit à l’IARU pour le QRM sur 40m!

La bande de 40 m de VK souffre de QRM chronique des pirates d’Asie du Sud-Est.
«Ces stations sont reçues en continu à Darwin et chaque après-midi et soir dans le reste de l’Australie. Ils causent des interférences nuisibles aux stations amateurs légitimes », a déclaré Glenn VK4DU, président de la Radio Amateur Society of Australia (RASA).
Il y a 2 ans, RASA a écrit à la région 3 de l’IARU pour demander leur aide pour résoudre le problème. L’IARU a fait savoir qu’elle avait transmis la question à la société indonésienne Radioamateur pour action.
Malheureusement, l’ingérence s’est en fait aggravée au cours des deux dernières années; la très grande popularité des modes numériques autour de 7065-7075 kHz a poussé les pirates en dessous de 7050 kHz.
«Ce problème affecte toute notre région. Nous avons donc de nouveau écrit à l’IARU, soulignant le problème et demandant quelles actions ils entreprenaient pour le résoudre. Dit Glenn.

Le bulletin d’information IARUMS de juin est maintenant disponible

Le dernier bulletin d’information du système de surveillance IARU-R1 fait état de l’interférence continue sur diverses fréquences dans la bande de 7 MHz des émissions de propagande en russe au-dessus du radar radar à l’horizon (OTHR) en Fédération de Russie et en Chine continuent de causer des interférences chez les amateurs 14 et 21 Les bandes MHz et l’Iran exploitent un radar dans les bandes 21 et 28 MHz.
La newsletter du Système de surveillance de l’Union internationale des radios amateurs (IARUMS) du 1er juin 2020 peut être lue ICI
Les enregistrements des transmissions militaires sont disponibles sur le Wiki du guide d’identification des signaux ICI
Surveillez les bandes d’ondes courtes en ligne avec un récepteur SDR basé sur le Web ICI
IARU Monitoring System (IARUMS) ICI