DGE Suite Réunion du 22/06/2018

Adhérer à l’ANRPFD

Calendrier des Salons Radio 2018

ADHEREZ ANRPFD – PAYPAL Facile!

Faire un don

QTR UTC

News ANRPFD depuis 26/02/2017

Votre Revue Nationale ANRPFD

nl

Associations Partenaires de l’ANRPFD

Petites Annonces

Cluster-DX-FOR-ME

Twitter – Facebook

Catégories

Archives

Twitter infos

Propagation Bandes HF

Cluster Dx Fun

Twitter

Prévisions Météo

Espace Univers

La pluie de météorites des Perséides est en marche

La Terre pénètre dans un courant de débris provenant de la comète géante 109P / Swift-Tuttle, mère de la pluie annuelle de météores des Perséides .
Bien que la douche ne devrait pas culminer avant le week-end prochain, les caméras tout ciel de la NASA détectent déjà des dizaines de boules de feu de Perséides chaque nuit au-dessus des États-Unis.
Cette activité précoce peut être de bon augure pour les nuits à venir, en particulier du 11 au 13 août, où la Terre devrait traverser la partie la plus dense de la zone de débris de la comète.

Visitez Spaceweather.com  ICI pour plus d’informations et des conseils d’observation

Vendredi 27 juillet 2018 aura lieu la plus longue éclipse de Lune du siècle

L’éclipse totale de Lune la plus longue du siècle se produira dans la nuit du vendredi 27 au samedi 28 juillet 2018, qui sera visible sur une grande partie de l’Europe et de l’Asie mais aussi en Afrique, en Océanie et en Amérique du Sud… mais à condition qu’il fasse beau.
Pendant 1 heure et 43 minutes, la Lune sera entièrement invisible, rapporte le site web Ouest-france.fr, car ce 27 juillet 2018, l’orbite de la Lune sera quasiment alignée avec celle de la Terre. Conséquence : une éclipse lunaire totale, c’est-à-dire l’ombre portée de la Terre sera visible sur la Lune, ce qui donnera l’impression que celle-ci est masquée, explique Ouest-France.
Autour de l’éclipse lunaire, le journal français explique, de façon simple, ce phénomène à travers cinq questions : Combien de temps le phénomène durera-t-il ? Regarder cette éclipse, est-ce dangereux ? Quand pourrons-nous en profiter chez nous ? Pourquoi y a-t-il si peu d’éclipses de Lune ? Pourquoi y a-t-il si peu d’éclipses de Lune ?
Source: Ouest-france.fr
Dans la nuit de vendredi à samedi, la Lune mettra 1 heure 42 minutes et 57 secondes pour traverser le cône d’ombre de notre planète, ce qui sera la plus longue éclipse lunaire totale du XXIe siècle ! Le phénomène complet, lui, durera plus de six heures
Regarder cette éclipse, est-ce dangereux ?
Non, pas du tout. Contrairement à celle du Soleil, la « lumière » de la Lune n’est pas dangereuse : vous pourrez apprécier le spectacle sans aucun danger, voire observer le phénomène avec des jumelles.
Quand pourrons-nous en profiter chez nous ?
À l’est de l’Hexagone, de Biarritz à Valenciennes en passant par Poitiers et Paris, l’éclipse totale sera visible à partir de 21 h 30. À Brest, à partir de 21 h 55. La fin de l’éclipse totale est prévue pour 23 h 13, jusqu’à la sortie de la Lune de la pénombre de la Terre à 01 h 28.
Pourquoi y a-t-il si peu d’éclipses de Lune ?
Alors que la Lune fait le tour de la Terre en 27 jours, pourquoi n’y a-t-il que quelques éclipses lunaires par an ? Le plan orbital de la Lune est incliné de 5 degrés, ce qui fait qu’elle est rarement dans l’orbite parfaite de la Terre..
Alors, n’hésitez pas à sortir vos lunettes d’observation pour l’occasion ! Et gardez-les au chaud : du 3 au 5 août prochains se tiendront les 28e Nuits des étoiles. Nous y reviendrons.
Source Ouest-France ICI

ARI : RadioRivista de Juin 06-2018!

Lancement des satellites radio amateurs lunaires du DSLWP le 21 mai 2018

Hu Chaoran BG2CRY teste l’antenne parabolique 435/2250 MHz pour la station sol DSLWP – Crédit photo Wei Mingchuan BG2BHC

DSLWP-A1 et DSLWP-A2 transportant des charges utiles radioamateurs devraient être lancés avec le satellite Chang’e 4 Relay sur un CZ-4C du Centre spatial Xichang en orbite lunaire tôt lundi 21 mai heure depuis  Beijing (21h00 GMT le 20 mai 2018 ).
Wei Mingchuan BG2BHC rapporte que DSLWP est une mission de formation de la formation lunaire pour la radioastronomie de basse fréquence, les Radioamateurs et l’éducation, se compose de deux microsatellites.
Développé par des étudiants de l’Institut de technologie de Harbin, la charge utile des  Deux microsatellites Radioamateur à bord du DSLWP-A1 fournira la liaison montante de télécommandes et la télémesure / la liaison descendante d’images numériques. Une télécommande ouverte est également conçue pour permettre aux amateurs d’envoyer des commandes pour prendre et télécharger une image.
Les satellites mesurent « 50x50x40 cm » avec une masse d’environ 45 kg et sont stabilisés sur 3 axes. Deux antennes à polarisation linéaire sont montées et perpendiculaires à la direction du vol.
Les liaisons descendantes pour le DSLWP-A1 sont 435,425 MHz et 436,425 MHz alors que les liaisons descendantes pour le DSLWP-A2 sont 435,400 MHz et 436,400 MHz en utilisant 10K0F1DCN ou 10K0F1DEN. Utilisera 250/500 bps GMSK avec le turbo code ou JT4G. Les liaisons montantes sont signalées dans la bande des 144 MHz……

Astéroïde visiteur surprise

Avec un petit avertissement, le dimanche 15 avril 2018, un astéroïde de la classe Tunguska, de la taille d’un terrain de football, a survolé le système Terre-Lune.
2018 GE3 a été découvert la veille en plongeant vers l’intérieur de la ceinture d’astéroïdes. Un astronome amateur à la réflexion rapide en Europe a pu enregistrer une vidéo de l’astéroïde au passage.
Visitez Spaceweather ICI  pour voir le film et en savoir plus sur ce visiteur surprise.

Ce soir et demain, admirez l’essaim d’étoiles filantes Léonides
L’été a ses Perséïdes, l’automne n’est pas en reste avec les Léonides. Le maximum de ce bel essaim, c’est ce soir et demain soir 03 au 04/04/2018.

Source Futura Sciences

Éphémérides d’Avril 2018 : le ciel du mois

Nous voici en avril avec des jours de plus en plus long. Que cela ne vous empêche pas d’observer un beau rapprochement entre Saturne et Mars, un alignement planétaire, une lumière cendrée de la Lune et les Lyrides. Et on notera comme toujours divers rapprochements entre des planètes, des étoiles et notre satellite naturel. Très bonnes observations !

À voir dans le ciel sur Futura sciences ICI  ➤

Station spatiale chinoise Tiangong-1 »retour sur Terre» entre le 30/3 et 1/4!

La station spatiale chinoise Tiangong-1 est sur le point de retourner sur Terre – comme une boule de feu massive.
En 2016, les liaisons avec la station ont été interrompues et il semble désormais effectif que la Chine a perdu tous moyens de contrôler sa rentrée dans l’atmosphère. Sa désintégration finale devrait avoir lieu aux alentours du 1er avril 2018, au-dessus d’une zone comprise entre 42,7° nord et 42,7° Sud
L’Agence Spatiale Européenne a déclaré que l’engin de 8 tonnes devrait réintégrer entre le 30 mars et le 2 avril, une fenêtre d’incertitude qui va se rétrécir dans les jours à venir.

Visitez Spaceweather ICI pour plus d’informations Voir aussi l’article sur Planet ICI

Dans le ciel de ce mois de février 2018

Bien que février soit le mois le plus court de l’année, il peut nous réserver des surprises. En plus d’une éclipse partielle de Soleil, malheureusement invisible en Europe, on notera Cérès en opposition, un bel alignement planétaire, la lumière cendrée de la Lune, une occultation d’Aldébaran par la Lune, les delta-Léonides, et divers rapprochements entre la Lune et des planètes ou des étoiles. Bonnes observations !…. article de Futura Sciences

Va-t-on vers un nouveau minimum de Maunder ?

La NASA nous offre une prédiction du cycle 25. Si on se fie à ses prédictions, il ne nous restera plus qu’à remballer nos transceivers dans leurs cartons… Et aller à la pèche avec nos antennes !
En astronomie, le minimum de Maunder correspond à une époque, approximativement située entre 1645 et 1715, durant laquelle le nombre de tâches solaires (et son activité de surface) était significativement plus faible qu’aujourd’hui……

Les articles déjà parus sur le site de l’ANRPFD :

  • Comparaison des cycles Solaires 21-22-23-24! ICI
  • Cycles solaires de 1985 à 2020! ICI
  • Comprendre les indices solaires des prévisions de propagation HF!ICI
  • Cycle solaire 24 et 25 en baisse! Propagation très sporadique! ICI
  • A.R.R.L. Le cycle solaire 24 « Double Peaks?» NASA! ICI

Tous les jours des articles sur la propagation des Ondes :

  • Prévisions Solaires et Propagation des Ondes Radioamateurs (SolarHam)
  • Prévisions de l’Activité Solaire : Les Infos du SIDC – ON
  • L’activité solaire (Suspicious-0bservers)

Temporairement des articles sur la propagation des Ondes :

  • Prévisions de propagation de Hannes Coetzee ZS6BZP!
  • Prévisions de propagation de K7RA (ARRL)
  • Prévisions de propagation de Spaceweather

 

Pourquoi nous ne serons peut-être pas en mesure de visiter l’espace à l’avenir

Pourquoi nous ne serons peut-être pas en mesure de visiter l’espace à l’avenir

https://en.wikipedia.org/wiki/Kessler_syndrome
https://en.wikipedia.org/wiki/2009_satellite_collision
https://en.wikipedia.org/wiki/2007_Chinese_anti-satellite_missile_test

           Crédit image Timeanddate.com

Le 1er janvier 2018 (et, dans une moindre mesure, le 31 du même mois), la Lune sera un peu plus proche que d’habitude de la Terre. Si le terme « superlune » est un peu grandiloquent, voire trompeur, notre satellite, pour ces deux prochaines Pleines Lunes, méritera que l’on sorte pour admirer sa belle lumière.
Revoilà la « superlune ». Ce mois de janvier 2018, de manière tout à fait exceptionnelle, nous en offrira même (presque) deux, pour son premier jour et pour son dernier. Pour un observateur peu attentif des choses du ciel, l’évènement passe en général inaperçu. Il se produit quand la Lune est pleine et en même temps suffisamment proche de la Terre, donc près de son « périgée » sur son orbite elliptique. Celle-ci apparaît alors légèrement plus grande dans notre ciel et, partant, un peu plus lumineuse… de l’article de Jean-Luc Goudet de Futura-sciences Planète

Astéroïde interstellaire vérifié par la technologie alien

Un projet cherchant une vie intelligente dans le cosmos va vérifier le premier astéroïde interstellaire connu par des signes de technologie extraterrestre.
L’objet de forme étrange a été détecté alors qu’il se dirigeait vers le Soleil le 19 octobre 2017.
Ses propriétés suggèrent qu’il a été créé autour d’une autre étoile, ce qui en fait le premier corps à être repéré dans notre voisinage cosmique.
Une initiative soutenue par le milliardaire Yuri Milner utilisera un radiotélescope pour en écouter les signaux.
Les efforts de l’équipe débuteront mercredi, les astronomes observant l’astéroïde, qui s’éloigne actuellement de notre système solaire, à travers quatre bandes de fréquences différentes.
La première série d’observations au télescope Robert C Byrd Green Bank en Virginie-Occidentale devrait durer 10 heures.
Visiteur interstellaire donné un nom
Forme bizarre de l’astéroïde interstellaire
Les observations précédentes de l’objet, appelé ‘Oumuamua, ont noté sa forme étrange et allongée, le faisant ressembler un peu à un cigare.

Voir ICI

   Crédit image Spaceweather.com

Une «comète de roche» s’approche de la Terre

Vous avez entendu parler des comètes. Mais avez-vous déjà entendu parler d’une comète de roche?
Ils existent, et un gros s’approche de la Terre cette semaine.
Phaethon 3200 survolera notre planète le 16 décembre à seulement 10 millions de kilomètres.
Mesurant environ 5 km de diamètre, il est assez grand pour que les astronomes amateurs puissent photographier à travers des télescopes. De plus, cet objet étrange est le parent de la pluie annuelle de météorites des Geminides, qui arrivent également cette semaine.
Les observateurs de ciel peuvent voir des douzaines de Géminides par heure les 13 et 14 décembre 2017 pendant que les morceaux graveleux de la comète de roche se désintègrent dans la haute atmosphère de la Terre.
Visitez l’édition d’aujourd’hui de Spaceweather.com ICI  pour savoir comment observer les Géminides et leurs progénitures dans les nuits à venir!

 Le radiotélescope Alma a détecté de très jeunes protoétoiles dangereusement proches de Sagittarius A*, le trou noir supermassif situé au centre de la Voie lactée. Les forces de marée de ce trou noir devraient pourtant empêcher la formation de telles étoiles.
Avant que les réactions de fusion ne débutent dans notre jeune Soleil, celui-ci était une protoétoile entourée d’un disque d’accrétion d’où s’élevaient perpendiculairement deux jets de matière (voir image ci-dessous). Peu de temps avant d’arriver sur la séquence principale, comme disent les astrophysiciens, le Soleil était alors en phase dite « T-Tauri », en référence à une jeune étoile variable située dans la constellation du Taureau et faisant partie de l’amas des Hyades (celle-ci a été découverte en 1852 par l’astronome britannique John Russell Hind).
Les astronomes observent des protoétoiles en phase T-Tauri avec des jets de matière depuis quelques décennies et ils commencent à bien les connaître. Il s’agit donc d’une étape sur le chemin menant de l’effondrement de nuages moléculaires poussiéreux et particulièrement froids dans le milieu interstellaire à des étoiles de quelques masses solaires tout au plus.
ance des étoiles) à faire la découverte, exposée dans un article récemment déposé sur arXiv, de protoétoiles proches de Sagittarius A* (Sgr A*), le trou noir situé au centre de notre Galaxie….. article de Laurent Sacco de Futura Sciences.