Adhérer à l’ANRPFD

Calendrier des Salons Radio 2019

ADHEREZ ANRPFD – PAYPAL Facile!

QTR UTC

Faire un don

News ANRPFD depuis 26/02/2017

WIMO

Chronique SWL Nationale ANRPFD

nl

Associations Partenaires de l’ANRPFD

Petites Annonces

Cluster-DX-FOR-ME

Twitter – Facebook

Catégories

Twitter infos

Propagation Bandes HF

Cluster Dx Fun

Twitter

Prévisions Météo

IUT/ITU/UIT/BEREC/ECC/CEPT

Examen de la licence novice pour les radioamateurs

Les Pays-Bas s’orientent vers un niveau de puissance réaliste (100 watts) et de meilleures attributions de bandes pour leurs détenteurs de licence Novice
Une traduction de Google du reportage de VERON se lit comme suit:
Les associations nationales Radioamateurs VERON et VRZA ont examiné la licence Novice à la demande de – et en étroite collaboration avec – Telecom Agency. Le résultat final a été présenté à l’Agentschap Telecom sous la forme d’un rapport.
Dans une réponse officielle, l’Agentschap Telecom remercie VERON et VRZA d’avoir pris en charge et achevé ce travail difficile. Le rapport de licence Review Novice et la réaction complète de l’Agence des télécommunications à ce rapport figurent dans les deux documents ci-dessous.
La réévaluation a de nouveau examiné l’utilité et la nécessité de la licence Novice. Une enquête auprès des Radioamateurs faisait partie de l’étude.
Le rapport conclut que l’harmonisation dans un contexte européen (CEPT) devrait être poursuivie et que la licence Novice – en plus d’une licence qui va jusqu’à la licence Full – est une licence d’amateur à part entière. Agentschap Telecom souscrit à ces conclusions.
Un certain nombre de recommandations sont également formulées dans le rapport. Agentschap Telecom met tout en œuvre pour adopter les recommandations suivantes:
• Libération de toutes les bandes de fréquences d’amateur 14,00 – 14,35 MHz (20 mètres) et 7,0 – 7,2 MHz (40 mètres).
• Augmentation de la puissance d’émission autorisée de 25 à 100 watts pour les bandes de fréquences novice inférieures à 30 MHz.
L’adoption de ces recommandations prend du temps, dépend de l’approbation du ministère des Affaires économiques et du Climat et ne sera pas réalisée avant 2020. Jusque-là, rien ne change et les amateurs novices ne sont pas autorisés à utiliser d’éventuelles nouvelles parties de bande ou puissances émettrices plus importantes.
Source avec des liens vers des documents ICI

Répartition actuelle des novices aux Pays-Bas:
Puissance maximale de 25 watts sur toutes les bandes.

Appel novice = PDx. Les bandes sont:

  • 430.0-440.0 (à partir de 436 MHz secondaire)
  • 144,0-146,0 MHz
  • 28.0-29.7 MHz
  • 14.0-14.25 MHz
  • 7.05-7.10 MHz

Bandes 144 et 1240 MHz – Procès-verbaux des réunions de la CEPT

L’équipe de projet A de la CEPT, responsable de certains aspects du poste occupé par la CEPT pour la CMR-19, s’est réunie à Prague du 17 au 21 juin. Le compte rendu de la réunion est disponible au téléchargement
En ce qui concerne la bande 1240-1300 MHz, les minutes indiquent:
Le représentant de la Commission européenne (CE) a déclaré que les systèmes de SRNS sont mondiaux par nature et que le service radioamateur est attribué dans toutes les régions. Une fois que les récepteurs RNSS (y compris les récepteurs Galileo E6) seront déployés, le nombre de brouillages provenant d’émissions radioamateurs augmentera considérablement et représentera un fardeau important pour les administrations, à moins que des directives claires ne soient disponibles pour conduire la communauté des amateurs vers un usage approprié. de leur allocation.
Pour ces raisons, les CE estiment que la proposition française d’un point de l’ordre du jour de la CMR-23 est essentielle pour compléter les travaux commencés au sein de la CEPT et pour trouver une solution durable pour toutes les parties. De plus, la CE considère que la CMR-23 est le bon moment pour prendre une décision permettant de mieux réglementer la coexistence des RNSS et des amateurs au niveau international, dans la mesure où Galileo commencera à fournir des services de haute précision disponibles gratuitement dans la bande 1260-1300 MHz au niveau mondial. base à partir de 2020.
La CE a noté que certaines des 7 administrations qui se sont opposées à la contribution française sont disposées à examiner une version révisée de la proposition et estime donc qu’un soutien pertinent peut être réalisable au niveau des GPC, à la suite de nouveaux débats jusqu’à la fin août.
En ce qui concerne la bande 144 MHz, les minutes indiquent:
Le représentant de l’IARU a déclaré que l’IARU était profondément préoccupée par l’élément de la proposition de point 1.6 de l’ordre du jour de la CMR-23 figurant dans le PCE AI10, sur les études en vue d’une nouvelle attribution éventuelle du service mobile aéronautique dans la bande 144-146 MHz. Cette bande constitue une attribution principale importante et unique au monde harmonisée aux services d’amateur et d’amateur par satellite dans la gamme des ondes métriques. L’examen du RR situé au-dessus et au-dessus de la gamme 144-146 MHz suggère que d’autres propositions pourraient être développées, qui pourraient élargir le spectre des applications aéronautiques sans nuire à ce spectre du service d’amateur. La proposition ne fournit aucune justification pour traiter cette bande et l’IARU estime que le partage avec des systèmes aéroportés sera probablement difficile et créera des contraintes pour le développement des services d’amateur et de service d’amateur par satellite dans cette bande.
Comptes rendus des réunions  ICI
Voir la mise à jour des points de l’ordre du jour de la CMR-23 publiée par la Région 1 de l’IARU  ICI
Quelques informations sur les discussions précédentes du WGFM et des CPG / PTA de la CEPT sur la bande 1240-1300 MHz  ICI

ARRL dépose un rapport provisoire auprès de la FCC dans le cadre de la procédure « Débit de symboles »

ARRL a déposé un rapport intermédiaire auprès de la FCC afin de faire état de ses efforts pour trouver un terrain d’entente concernant les questions relatives à la procédure relative au taux de «symbole» ou «en bauds»,
Dossier de la FCC WT 16-239 (la FCC a publié un avis de proposition de réglementation dans WT 16-239, qui découle de la demande de réglementation présentée par l’ARRL, RM-11708).
Le NPRM est disponible en ligne au format PDF ICI   .
Le rapport intermédiaire ARRL est également disponible ICI
ARRL a souligné que le public bénéficie de la réglementation « relativement flexible » des Radioamateurs par la FCC. En particulier, des développements innovants dans la technologie numérique, y compris WSJT-X, ont été cités.
Notant que plus de 1 400 commentaires au total ont été déposés dans cette requête et dans une requête connexe relative à la réglementation (RM-11831), ARRL a souligné que, comme dans d’autres domaines réglementés par la Commission, adapter la réglementation en vigueur à une technologie en évolution rapide peut nécessiter ajustements ou clarifications de la réglementation en vigueur. Faire de tels ajustements peut être un défi pour s’assurer que des objectifs réglementaires valables continuent d’être servis sans entraver les changements technologiques et l’innovation dans le processus.
Alors qu’une réunion organisée par ARRL le 11 juin devait être réinitialisée pour accueillir les parties invitées, ARRL a réaffirmé son engagement en faveur de la protection des intérêts de tous les Radioamateurs. L’ARRL a déclaré qu’elle poursuivrait ses efforts pour traiter et réconcilier les opinions divergentes exprimées dans les deux affaires en instance devant la FCC.

Source ARRL et

144 et 1240 MHz sur la page Focus spéciale de la CMR-19

La page Focus spéciale de la CMR-19 sur la RSGB a été mise à jour avec des informations sur le contexte de la CMR-19 et les préoccupations les plus récentes concernant les propositions de la CMR-23 pour les bandes des bandes 144 et 1240 MHz.

Page RSGB WRC-19 Special Focus  ICI

Rapport ECO 2018 publié

Le Comité des communications électroniques de la CEPT (ECC) a tweeté que son bureau permanent, le CEO, avait publié son rapport annuel pour 2018
La CEPT ECC étudie et élabore des politiques relatives aux activités de communication électronique dans un contexte européen, en tenant compte des législations et réglementations européennes et internationales.
Le Bureau européen de la communication (ECO) fournit des conseils et un soutien à la CEPT pour l’aider à élaborer et à appliquer ses politiques et ses décisions de manière efficace et transparente.
Le rapport ECO de 2018 souligne:
« Nous avons également continué à diriger les activités du groupe de travail du groupe de travail FM sur les questions relatives aux Radioamateurs. Cela correspond à notre rôle de centre de coordination du cadre réglementaire de la CEPT sur les aspects relatifs aux Radioamateurs, traitant des questions de certification et de licences. »
Téléchargez le rapport annuel ECO  ICI
Les rapports précédents sont  ICI

La France propose 144-146 MHz pour le service mobile aéronautique

La prochaine réunion du groupe de préparation de la conférence CEPT WRC-19 se tiendra du 17 au 21 juin à Prague.La France a présenté un document sur le sujet, au point 10 de l’ordre du jour, une proposition révisée de point à l’ordre du jour pour les nouvelles applications mobiles aéronautiques autres que de sécurité.
Le papier dit:
« La liste des bandes qui sont proposées pour étude de nouvelles attributions possibles au service mobile aéronautique à titre primaire est révisée en ajoutant la bande 144-146 MHz , les bandes 5000-5010 MHz et 15,4-15,7 GHz étant maintenues. »
« Les décisions des conférences précédentes ont introduit certaines restrictions à l’utilisation et ont imposé des contraintes au développement d’applications mobiles aéronautiques dans le cadre d’allocations mobiles existantes utilisées traditionnellement par les applications mobiles aéronautiques.
Parallèlement, le nombre d’aéronefs avec ou sans pilote équipés de capteurs a considérablement augmenté au cours des 20 dernières années, de même que la nécessité de communications bidirectionnelles à faible à haut débit.
Les applications aéronautiques telles que la surveillance incendie, la surveillance des frontières, la qualité de l’air et l’environnement, la surveillance du trafic, la surveillance des catastrophes, la modélisation de terrain, l’imagerie (visible, infrarouge, radar, météo), la surveillance vidéo nécessitent des communications non sécuritaires entre différents types de plates-formes aéronautiques.
Par conséquent, la nécessité de communications de données autres que de sécurité entre différents types de plates-formes aéronautiques augmente, d’où la nécessité de nouvelles bandes de fréquences.  »
Télécharger PTA (19) 090 France_Proposition sur les applications mobiles aéronautiques autres que de sécurité au CPG PTA # 7 – 17-21 juin – Prague sous Meeting Docs  ICI

La transmission de l’énergie sans fil provoque une discussion au sein de la Commission d’études de l’UIT-R

La technologie de transmission de puissance sans fil (WPT) et les applications associées ont fait l’objet d’un examen plus approfondi lors de la réunion de mai / juin de la Commission d’études 1 du Secteur des radiocommunications de l’Union internationale des télécommunications ( UIT-R ) et de ses groupes de travail. Les participants ont conclu lors de leurs sept jours de sessions à Genève le 7 juin avec le président de la région 1 de l’Union internationale de la radio amateur ( IARU-R1 ), Don Beattie, G3BJ, représentant l’IARU. La principale préoccupation concernant WPT est centrée sur son potentiel de brouillage.

“Les rapports WPT à 100 – 148,5 kHz pour la charge à faible consommation d’appareils portables, à WPT pour les véhicules électriques (WPT-EV) à environ 20, 60 et 85 kHz et pour le faisceau« à faisceau »à distance ont progressé. en charge », a rapporté la région IARU 1. « Toutes ces technologies risquent de causer des brouillages préjudiciables aux services de radiocommunication si elles ne sont pas gérées avec soin, en particulier les harmoniques des systèmes WPT. »
L’IARU a soumis des études officielles sur l’impact du WPT sur le service d’amateur. Celles-ci ont été incorporées dans un seul rapport complet et serviront de base à une nouvelle recommandation sur les émissions de WPT en cours d’élaboration.
Elle préconise des «limites d’émission appropriées» pour protéger les services Radio et collabore avec d’autres utilisateurs du spectre et des administrations partageant les mêmes préoccupations.
Les réunions de l’UIT ont porté sur les propositions émergentes du Comité international spécial sur les perturbations radioélectriques ( CISPR ) concernant les limites d’émission pour le WPT-EV, où il est à craindre que ces limites ne fournissent pas la protection nécessaire aux services de radiocommunication. Fondée en 1934, la CISPR établit des normes de contrôle des interférences électromagnétiques dans les appareils et équipements électriques et électroniques.
Le numéro de WPT-EV est le point 9.1.6 de l’ordre du jour de la Conférence mondiale des radiocommunications 2019 (CMR-19).
En octobre dernier, ARRL avait déposé des observations auprès de la FCC dans lesquelles elle s’opposait à une pétition de réglementation ( RM-11815 ) déposée par plusieurs constructeurs automobiles, invitant la Commission à «adopter des limites de champ permettant aux technologies de charge sans fil à plus forte puissance de fonctionner dans la bande 79 – 90 kHz». «gamme» pour permettre ce que les pétitionnaires ont appelé le transfert de puissance sans fil «nouvelle génération» pour les véhicules électriques.

Source ARRL ICI

Activité requise à 50 MHz – 13 juin 2019

Cette année, la Conférence mondiale des radiocommunications de l’ UIT (CMR-19) s’ouvrira le 28 octobre et durera quatre semaines.
Un point important de l’ordre du jour du service d’amateur consiste pour la CMR à envisager la consolidation et l’extension de la bande des 50 MHz dans la région 1 (Europe, Afrique, Moyen-Orient et Russie asiatique).
L’une des administrations des télécommunications nationales qui soutiennent activement la proposition est la République tchèque. malheureusement, certaines autres administrations sont activement opposées.
Afin de rassembler des preuves solides du niveau élevé d’activité amateur sur le groupe et en même temps de démontrer que les amateurs peuvent coexister avec d’autres utilisateurs du groupe, y compris l’armée, l’IARU soutient un essai de monitoring à la mi-juin.
L’événement est organisé par la société de radio nationale tchèque, conjointement avec son régulateur. C’est une période d’activité et un concours.
Le gouvernement et les utilisateurs professionnels surveilleront (et certains émettront également), il est donc important que nous fassions de bons résultats. Rappelez-vous, en passant, que si vous entendez des stations non amateurs, vous devez vous assurer que vous ne leur pas causez d’interférences.
Les dates et heures sont le jeudi 13 juin 2019 de 07h30 à 09h00 UTC et de 11h00 à 12h30 UTC
Il faut qu’il y ait le plus d’activité possible sur la bande pendant ces deux périodes, en respectant de préférence la limite de puissance tchèque de 25 W ERP.
Peu importe que le groupe soit ouvert ou non, il suffit de passer sur les ondes en utilisant SSB, CW, Digital ou les trois.
Il n’est pas essentiel que vous soumettiez une candidature au concours bien que ce soit apprécié, mais on souhaiterait que le plus grand nombre possible de Logs (concours ou non) soient envoyés d’ici le 15 juin, afin de fournir des preuves solides pouvant être utilisé dans la planification avant la CMR.
IRTS

Statistiques annuelles sur les interférences radio de la CEPT

La CEPT a mis à disposition les statistiques annuelles sur les interférences Radio de 2013 à 2017 sur la base des soumissions des régulateurs nationaux, dont l’Ofcom.
Le rapport de l’Ofcom à la CEPT montre qu’en 2017, il y a eu 99 cas de brouillage causé aux services Radioamateur et Radioamateur par satellite officiellement signalés à l’Ofcom:

  • 49 causés par des appareils autres que des appareils radio, tels que des appareils électriques
  • 50 provenaient d’autres utilisateurs de radio

Celles-ci ne constitueront probablement qu’une petite fraction des interférences des opérateurs Radioamateurs car la plupart d’entre eux souffrent en silence plutôt que de soumettre un rapport en ligne sur le problème. Les interférences peuvent être signalées ICI
Il est à noter que l’Ofcom n’a découvert aucun cas Radioamateurs causant des interférences avec d’autres services.
Téléchargez les statistiques annuelles de la CEPT sur les interférences radio et les cas de brouillage spéciaux ICI
CEPT Radio Amateurs ICI
Barry Lewis G4SJH préside le groupe de discussion amateur de la radio CEPT FM (RA-FG) ICI
Le RA-FG fait partie du groupe de travail sur la gestion des fréquences du groupe de travail de la CEPT (WG-FM) ICI 

Test de Pohotovostní tchèque 50 MHz

La communauté des Radioamateurs du monde entier est invitée à participer à une journée d’activité sur 50 MHz dans le cadre de l’étude du régulateur tchèque sur le point 1.1 de l’ordre du jour du WRC de l’UIT.
La Région 1 rapporte:
Le point 1.1 de l’ordre du jour de la Conférence mondiale des radiocommunications (CMR) de 2019 invite la CMR à envisager l’attribution de la bande de fréquences 50-54 MHz au service d’amateur dans la région 1. Le CTO de l’autorité de réglementation tchèque examine si les résultats d’études théoriques correspondent aux situations réelles .
Un premier essai a eu lieu dans des conditions de propagation à plat le 28 février 2019 en République tchèque. L’un des objectifs de l’essai était de vérifier que les stations Radioamateurs  pouvaient coexister dans la bande des 50 MHz.
Un second test, lorsque les conditions de propagation améliorées sont le plus susceptibles de se produire, aura lieu pendant la saison Sporadic E le 13 juin 2019. La communauté des Radioamateurs du monde entier est invitée à participer à cette deuxième journée d’activité sur 50 MHz, appelée test de Pohotovostní ou test P.
Pendant cet événement, d’autres utilisateurs de la bande des 50 MHz utiliseront leurs propres systèmes de communication professionnels. Ces stations NE DOIVENT PAS être bloquées ou perturbées. Le but de cet événement est de montrer aux régulateurs que les Radioamateurs et les stations militaires peuvent coexister sans causer de brouillage préjudiciable. Cet événement sera surveillé par les autorités tchèques et peut-être par d’autres régulateurs, ainsi que par d’autres utilisateurs professionnels (principalement des utilisateurs gouvernementaux, y compris des utilisateurs militaires). On espère que les résultats de ce deuxième essai international donneront des résultats similaires à ceux enregistrés lors du premier essai national tchèque.
Lire le post complet, y compris les règles du concours ICI

Réunion du Groupe de travail 5A de l’UIT-R à Genève

La Région 1 rend compte de la réunion de trois des groupes de travail de la Commission d’études 5 de la Commission d’études 5 à Genève, du 29 avril au 10 mai 2019.
Le Groupe de travail 5A traite du service mobile terrestre au-dessus de 30 MHz (à l’exception des IMT), de l’accès sans fil au service fixe et des services d’amateur et d’amateur par satellite.
Le groupe de travail 5A1, responsable des questions relatives aux amateurs, est présidé par Dale Hughes VK1DSH. Le sujet principal est de finaliser un rapport technique sur le partage du spectre afin de soutenir les travaux du point 1.1 de l’ordre du jour de la Conférence mondiale des radiocommunications 2019 (CMR-19), qui envisage l’attribution de la bande de fréquences 50-54 MHz au service d’amateur dans la Région 1 Le groupe de travail est composé de Radioamateurs et d’administrations du monde entier, ainsi que d’autres parties intéressées telles que les météorologues et les militaires.
Parmi les amateurs présents dans le WP 5A figurent le président de 5A1, Dale Hughes VK1DSH, le vice-président de l’ARU, Ole Garpestad LA2RR, le représentant de l’IRAU, Dave Court EI3IO, le coordonnateur de la CEPT, Hans Blondeel Timmerman, ainsi que les représentants du DARC, Ulrich Mueller DK4VW et Bernd Mischlewski, DF2ZC.
Groupe de travail 5A de l’UIT-R (GT 5A) – Service mobile terrestre à l’exclusion des IMT; service d’amateur et d’amateur par satellite  ICI

 

UK-SPF: Futurs points de l’ordre du jour de la WRC

Le « Spectrum Policy Forum du Royaume-Uni » a publié les diapositives de la présentation des intervenants de la réunion du 12 avril 2019.
Le point 10 de l’ordre du jour de la prochaine CMR-19 fixera les points de l’ordre du jour de la CMR-23 et au-delà, à titre provisoire. Au cours du processus préparatoire de la CMR européenne, les propositions relatives aux futurs points de l’ordre du jour commencent à être rassemblées et les administrations de la CEPT prendront les décisions finales concernant les points à proposer au cours des deuxième et troisième trimestres de cette année.
Voir les diapositives ICI
Twitter UK_SPF ICI

 

Première consultation sur les modifications proposées par la BBC iPlayer – Appel à preuve


La BBC a publié aujourd’hui les résultats de son test d’intérêt public sur les modifications qu’elle propose d’apporter à BBC iPlayer.
L’Ofcom doit désormais ouvrir une évaluation de la concurrence de la BBC pour déterminer si la valeur publique des modifications proposées par la BBC qui justifie un préjudice potentiel pour d’autres services populaires et concurrents.
Cette consultation établit le contexte de notre évaluation, ainsi que notre approche pour analyser la valeur publique et les effets sur la concurrence. Nous invitons les parties intéressées ou concernées à donner leur point de vue avant le 10 mai 2019.
Nous prévoyons de consulter nos conclusions provisoires en juin, ce qui donnera aux parties prenantes une dernière occasion de commenter. Nous avons ensuite l’intention de rendre une décision finale d’ici août.

Radiofréquences : préparez les normes de demain avec la plateforme AFNOR-ANFR

Vous exercez une activité qui sollicite des fréquences radioélectriques ? Vous craignez l’embouteillage sur le spectre ? Rejoignez la plateforme AFNOR-ANFR pour échanger sur les règles du jeu et les normes de demain.
5G, véhicule autonome, objets connectés… La multiplication des technologies recourant aux fréquences radioélectriques suscite une demande toujours plus forte d’accès au spectre. Or, ce spectre n’est pas extensible ! Fabricants d’objets connectés, opérateurs de téléphonie, services publics de transport et autres utilisateurs devront de plus en plus opérer en partage ou coexister avec de multiples applications sur la même bande. Donc, se rapprocher et dialoguer, à l’échelle nationale comme internationale.
C’est dans cet esprit qu’AFNOR lance, avec l’Agence nationale des fréquences (ANFR), une plateforme d’échanges. «Cette instance se présente comme un espace neutre, ouvert et constructif, pour échanger entre utilisateurs français de radiofréquences sur les règles du jeu à aménager sur ce marché, de manière à ce qu’il y ait de la place pour tout le monde et que tous ces acteurs parlent le même langage », décrit Caroline de Condé, qui anime cette plateforme pour AFNOR, avec Didier Chauveau pour l’ANFR.
Normes radio ETSI : langage commun et appui à la réglementation
Ces règles du jeu découlent de la réglementation… mais en passant par la case normalisation. En l’occurrence, dans l’enceinte de l’ETSI (European Telecommunications Standards Institute). Élaborées par les acteurs du marché eux-mêmes (entreprises, administrations, utilisateurs, etc.), les normes qui en sortent sont citées au Journal officiel de l’Union européenne et servent ainsi de cadre commun aux opérateurs, en appui à la directive européenne sur les équipements radio (directive RED). Une manière précieuse pour eux de parler le même langage. En ce sens, la plateforme AFNOR-ANFR pourra servir de porte-voix aux acteurs français désireux d’influer davantage sur les positions retenues à l’ETSI.
Les entreprises françaises parties prenantes ont convenu d’assurer une veille active sur les sujets innovants liés aux fréquences pouvant impacter le processus de normalisation ETSI, par exemple dans le cas du RLAN/WAS 6 GHz et de la 5G.
« Cette enceinte leur permettra d’identifier, en amont, les risques et opportunités d’élaborer de nouvelles normes radio, de mieux penser l’articulation entre ces normes et la réglementation des radiofréquences, et de partager une vision commune » expose Didier Chauveau, pour l’ANFR.
Grandes entreprises, PME-PMI, fournisseurs de technologies, prestataires de services, intégrateurs, utilisateurs du spectre… Rejoignez vite la plateforme AFNOR-ANFR pour partager vos besoins et retours d’expérience !
S’inscrire à la plateforme AFNOR-ANFR :  ICI

Source ANFR ICI

Décision du Conseil de l’IBPT du 20 mars 2019 concernant les fréquences, puissances et modes de transmissions pouvant être utilisés par les Radioamateurs

Ce 22 mars, la décision du Conseil de l’IBPT du 20 mars 2019 concernant les fréquences, puissances et modes de transmissions pouvant être utilisés par les Radioamateurs a été publiée sur le site de l’IBPT. ICI
Hélas, nous constatons que cette décision à l’encontre de la licence de base (Classe C / ON3) est presque identique à la proposition faite par l’IBPT dans sa consultation et ce, malgré les diverses propositions introduites par l’UBA visant à limiter les pertes pour les titulaires de la licence ON3. (Voir : ICI  )

Voici pour mémoire ce que l’UBA proposait : 
 Maintenir la puissance de transmission sur toutes les bandes de fréquences autorisées pour la licence de base à 50 Watts : l’IBPT a largement rejeté cette proposition, seule sur les bandes de fréquences du 144 MHz et du 430 MHz la puissance de 50 Watts a été maintenue, sur toutes les autres bandes, la puissance a été réduite à 10 Watts.
Conserver la bande des 18 MHz, cette proposition a été totalement rejetée, les ON3 perdent la bande des 18 MHz.
Maintenir un accès limité à la bande des 50 MHz (50.125 – 50.700 MHz), cette proposition a été complètement rejetée, les ON3 perdant la bande 50 MHz.

De plus, les propositions faites par UBA en ce qui concerne la licence CEPT Novice (classe B, ON2) n’ont pas eu le moindre impact sur la décision de l’IBPT soit :

  • Donner un accès complet pour les ON2 à la bande du 1.8 MHz.
  • Autoriser un accès limité aux ON2 aux bandes des 2,3 GHz, 5,6 GHz et 10GHz (avec 1 Watt de puissance).

Ces propositions visaient d’une part à permettre aux ON2 d’expérimenter des techniques numériques sur les bandes de fréquences micro-ondes et, d’autre part, à créer une différence suffisante par rapport à la licence de base pour permettre la conservation des bandes du 18 MHz et du 50 MHz.
 Nous devons non seulement constater que l’IBPT n’a tenu aucun compte de nos propositions concernant la licence CEPT Novice (classe B) car en outre dans la Décision du Conseil il est rapporté que : « Aucun commentaire n’a été reçu sur les fréquences et les puissances associées au certificat d’opérateur lié à la classe B. »
 Ceci est pertinemment inexact, l’UBA a en effet fait des propositions !!! Cela démontre clairement le peu d’attention que l’on a porté à nos propositions !
 La Décision du Conseil de l’IBPT a été débattue à la réunion du Conseil d’Administration de l’UBA de ce samedi 23 mars. Il a été unanimement décidé que l’UBA ne pouvait absolument pas accepter cette décision et examinerait les mesures que nous pourrions prendre pour obtenir un meilleur résultat pour nos ON3 et ON2.
 
Affaire indiscutablement à suivre …