Site Associatif ANRPFD

Adhérer à l’ANRPFD en 2021

RRF : Réseau Relais Français!

Calendrier des Salons Radio 2020

ADHEREZ VIA PAYPAL Facile!

QTR UTC

Ecoute Satellite QO100!

News ANRPFD depuis 26/02/2017

Propagation

Relais Radioamateur

Grey Line

Relais Radioamateur

Chronique SWL Nationale ANRPFD

nl

Associations Partenaires de l’ANRPFD

Cluster-DX-FOR-ME

Twitter – Facebook

Catégories

Twitter infos

Liens Techniks, Om, RC, Divers

Propagation Bandes HF

Cluster Dx Fun

Twitter

Prévisions Météo

IUT/ITU/UIT/BEREC/ECC/CEPT

Publication du Règlement des Radiocommunications de l’UIT 2020

L’UIT a rendu le Règlement des radiocommunications 2020 disponible en téléchargement gratuit.
Le Règlement des radiocommunications de l’UIT facilite l’accès équitable et l’utilisation rationnelle des ressources naturelles du spectre des fréquences radioélectriques et des orbites des satellites géostationnaires. Ils assurent également la disponibilité des fréquences fournies à des fins de détresse et de sécurité et aident à prévenir et à résoudre les cas de brouillage préjudiciable entre les services de radiocommunication de différentes administrations. En outre, la réglementation facilite le fonctionnement efficace et efficient de tous les services de radiocommunication et, le cas échéant, réglemente les nouvelles applications de la technologie des radiocommunications.
Règlement des Radiocommunications de l’UIT 2020 ICI
Lien direct vers Zip des documents PDF  ICI

Les préparatifs de la CMR23 se poursuivent

Le président de la région 1 de l’IARU, Don Beattie G3BJ, rend compte de la participation de l’IARU à la première réunion de l’équipe de projet C (PTC) du Groupe préparatoire à la conférence de la CEPT WRC23 (CPG) Le
PTC sur les questions aéronautiques, maritimes et de radio-détermination abordera les points 1.1 de l’ordre du jour de la CMR-23 ( RR 5.441B (4800-4990 MHz)), 1.6 (véhicules suborbitaux), 1.7 (AMS (R) S 137 MHz), 1.8 (Résolution 155), 1.9 (Appendice 27), 1.10 (AMS non-sécurité), 1.11 (SMDSM), 9.1b (RNSS amateur à 1300 MHz) et les études au titre de la Résolution 427 (CMR-19);
Sur le site IARU-R1, Don G3BJ a écrit:
Du 1er au 3 septembre, l’IARU a participé à la première réunion de l’équipe de projet C du Groupe préparatoire de la conférence CEPT de la CMR23, où la position préliminaire de la CEPT sur les études internationales sur la coexistence des services Radioamateurs et de radionavigation par satellite a été discutée.
L’IARU continuera à jouer un rôle à part entière dans les discussions sur ce sujet.
Les documents de réunion et d’information du PTC peuvent être téléchargés  ICI
Groupe préparatoire de la conférence CEPT CMR-23 ICI

Félicitations à Ana EA7KMA pour le succès d’HAREC

L’IRTS félicite le membre EI1570 de l’IRTS SWL basé à Dublin, Ana Cañizares Bejarano de l’Université technologique de Dublin, qui a récemment passé et réussi l’examen HAREC dans son Espagne natale.
Elle a reçu l’indicatif EA7KMA. Ana a raté l’examen à Dublin alors qu’elle était en vacances d’été à la maison avec sa mère à Cordoue.
Ana attribue sa réussite à Tony EI5EM et aux membres de la page Facebook qu’il a créée pour aider les étudiants qui étudient pour l’examen HAREC. La page s’appelle « Pages et blog de ressources sur l’examen de la radioamateur irlandaise et vaut bien une visite par les apprenants et, bien sûr, par toute personne désireuse d’aider.
Félicitations également à John Murphy de Rosslare qui est maintenant EI7KW et Dubliner Garrett Kennedy ZP5BVK qui est maintenant également EI4IZB.
Tony EI5EM – Pages de ressources pour l’examen de la radioamateur  ICI
Source IRTS News ICI
Comme Eire, l’Espagne a une seule question simple de 60 questions Examen compatible HAREC permettant aux candidats d’accéder directement à une licence CEPT Classe 1 de 1 kW (équivalent à UK Full).
Documents de questions d’examen en Espagne ICI
Programme d’examen et papier d’examen Eire ICI

1240-1300 MHz discuté lors de la réunion CEPT SE 40!

La 69ème réunion du groupe de travail SEPT de la CEPT ECC , tenue du 23 au 25 juin 2020, a discuté de la bande radioamateur 1240-1300 MHz, les documents de réunion sont maintenant disponibles!
Plusieurs contributions ont été reçues pour le rapport ECC traitant de la coexistence entre la radionavigation- service par satellite et service d’amateur dans la bande de fréquences 1240 – 1300 MHz. Les contributions ont été incorporées dans le projet de rapport du CEC. Il a été pris note des dispositions du CPG pour la préparation de la CMR-23 pour le point b) de la section 9.1 d’AI.
La Fédération de Russie a noté:
1240-1260 MHz est par le système GLONASS
1260-1300 MHz sont utilisés par Galileo de l’UE, Beidou de Pékin, QZSS du Japon et devraient être utilisés par le KPS de Corée.
Parmi les documents disponibles dans Input, Info et Minutes sont:
• SE40 (20) 052 Répéteurs amateurs – IARU-R1
• SE40 (20) 051 Section 2 mise à jour WI_39 – IARU-R1
• SE40 (20) 050 Annexe Projet de rapport RNSS Amateur – Fédération de Russie
• SE40 (20) 049 Suggestions pour la compatibilité des services RNSS et amateurs – Fédération de Russie
• Info 1 Répéteurs amateurs 23 cm – IARU-R1
• Info 3 Lettre au président de SE40 sur la mise à jour de l’UIT-R M.1092 – Commission européenne
• Procès-verbal
• SE40 (20) 56A3 (1) Projet de rapport Amateur vs RNSS
Télécharger les documents de réunion ICI

Une plate-forme d’échanges AFNOR/ANFR

pour mieux répondre aux enjeux des normes ETSI radio

Depuis plus de 20 ans, le marché européen des équipements radioélectriques est déréglementé, favorisant la concurrence entre équipementiers et donc l’innovation. Ce cadre reste encore unique au monde.
Ailleurs, comme aux Etats-Unis par exemple, l’administration délivre toujours un accord préalable pour la mise sur le marché de tout équipement radio afin de s’assurer, entre autres, qu’il respecte les conditions d’utilisation des fréquences.
En Europe, l’acteur qui met l’équipement sur le marché (fabricant, importateur, distributeur) déclare simplement sa conformité aux règles applicables1. La cohérence de cette réglementation (Directive Equipements Radio – RED2) avec le cadre harmonisé d’utilisation des fréquences apparaît de plus en plus indispensable alors que l’usage des fréquences se densifie, que les utilisations en partage deviennent la règle ou que les équipements radioélectriques deviennent de plus en plus nomades, rendant les brouillages plus difficiles à traiter. Cela repose notamment sur la publication au JOUE de Normes Harmonisées (NH) ETSI radio3 élaborées par l’Institut européen de normalisation des télécoms (ETSI), situé dans la technopole de Sophia-Antipolis. Elles permettent de s’assurer que les équipements radios respectent les conditions de coexistence avec les autres utilisateurs des fréquences.
Afin de faciliter l’accès aux travaux sur les normes ETSI radio, l’ANFR et l’AFNOR ont mis en place une plate-forme d’échanges . Elle permet de mieux s’assurer au niveau national de la cohérence de ces normes avec le cadre radio et de la prise en compte le plus en amont possible des besoins des industriels.
Lors des derniers mois, l’ANFR y a exposé différents cadres réglementaires radio européens récemment publiés : appareils faibles puissance, RFID, Internet des objets, télécommandes, télémesures, bandes 5G (3,5 GHz, 26 GHz)   en soulignant en particulier les intérêts nationaux associés. Par exemple, les limites à respecter par les antennes actives (AAS) de la 5G pour protéger les radars du ministère des Armées dans la bande 3,4 GHz, du site de radioastronomie de Nançay dans la bande 2,6 GHz ou des satellites d’exploration de la Terre dans la bande 24 GHz. Pour les antennes actives, il n’est en effet plus possible de poser un simple filtre pour réduire des niveaux de rayonnements non désirés : la coexistence repose donc sur l’existence d’une norme permettant de démontrer a priori la conformité des équipements. Le contexte de coopération entre organismes de normalisation régionaux, dont l’ETSI fait partie, pour la spécification des systèmes mobiles (3G, 4G, 5G), qui repose sur le 3GPP, a aussi été exposé. L’exemple de l’effort concerté entre un industriel national et plusieurs administrations européennes pour y promouvoir le cadre radio européen pour les réseaux de sécurité et de protection civile (PPDR) y a également été décrit.
Du fait de la densification des usages des fréquences, les gestionnaires des fréquences, via la CEPT, sensibilisent de plus en plus l’ETSI sur les actions à mener pour mettre à jour les normes et tenir compte de l’évolution des usages harmonisés des fréquences. Par exemple, l’amélioration régulière des caractéristiques des récepteurs permet de les prémunir contre le risque de saturation. La plate-forme permet de mieux sensibiliser les industriels à ces enjeux et ainsi de se préparer aux débats normatifs à l’ETSI ou à l’adaptation de leurs produits. La plate-forme permet aussi de s’assurer que les normes produites par l’ETSI répondent bien aux attentes des intérêts nationaux et participent à la construction d’un climat de confiance pour tous les utilisateurs des fréquences.

Les Radioamateurs discutés lors de la réunion de la CEPT

IARU Région 1 rapporte la réunion 96ème du Groupe de travail sur la gestion de la fréquence de la CEPT (WGFM), tenue pratiquement du 8-12 Juin, a traité plusieurs questions sur les Radioamateur.
le post sur le site IARU-R1 dit:
Le tableau européen d’allocation commune (ECA) a été révisé, ce qui a donné lieu à une version révisée pour consultation avec les intervenants. L’IARU a pu modifier l’entrée de la bande 241 – 250 GHz pour corriger certaines erreurs. L’état de la bande 50 – 52 MHz dans les pays de la CEPT a également été mis à jour pour tenir compte des décisions de la CMR-19.
L’année dernière, l’Ukraine a demandé à ce qu’elle soit incluse dans la recommandation CEPT ECC T / R 61–02, qui est la recommandation qui définit le certificat harmonisé d’examen Radioamateur  (HAREC). Cela a été convenu.
La Roumanie a contacté le président du FMWG concernant la possibilité d’introduire une licence électronique pour les opérateurs Radioamateur. Celui-ci a été transmis au Groupe RadioAmateur Forum de la CEPT (RAFG) pour une discussion plus approfondie et une action possible.
La réunion a également discuté de la voie à suivre pour l’élaboration d’un cadre réglementaire pour le WPT et a convenu que le WGSE devrait continuer d’étudier la gamme complète des applications et des émissions du WPT et qu’aucune mesure réglementaire ne serait prise avant la fin de ces travaux.
Source IARU Region 1 ICI
Vous pouvez télécharger les documents de réunion ICI

La recharge électrique : l’autre front du « sans fil »

Conceptualisée dès le XIXe siècle, la transmission d’énergie sans fil (Wireless Power transmission dite WPT) est en passe aujourd’hui de se banaliser. Les chargeurs sans fil se répandent, pour les smartphones comme pour les objets connectés, montres ou écouteurs Bluetooth. Mais, dans notre quotidien, les équipements à recharger prolifèrent encore plus vite : au-delà des smartphones et de l’électronique domestique grand public, les véhicules, les appareils électro-ménagers, les équipements industriels ou médicaux fonctionnement eux aussi de plus en plus sur batterie. Le WiFi a fait disparaître les câbles Ethernet ; les batteries ont aboli les fils électriques ; reste désormais à éradiquer un dernier fil : celui qui relie, quelques heures par jour, ces objets à… leur chargeur !

En quoi consiste le transfert d’énergie sans fil?
Le transfert d’énergie sans fil regroupe un arsenal de technologies qui permettent de faire passer suffisamment d’énergie à travers des ondes électromagnétiques. Champ proche ou lointain, avec ou sans utilisation de faisceaux, couplage inductif ou capacitif, résonance magnétique, magnétodynamique, micro-ondes, voire ondes lumineuses… L’idée commune à tous ces procédés consiste à coupler un émetteur, capable de convertir de l’énergie en ondes, à un récepteur, qui les capte pour en faire du courant – et alimente alors la batterie. Le système doit aussi transmettre l’information nécessaire pour bien réguler ce transfert d’énergie. L’information peut utiliser les mêmes fréquences que celles qui transmettent l’énergie ou passer par un autre canal, par exemple via le Bluetooth.

Deux technologies dominent aujourd’hui le transfert d’énergie :

Le couplage inductif, qui fonctionne à très courte distance et sans focalisation : il est largement utilisé pour les appareils grand public, et notamment pour la recharge des smartphones. Une bobine primaire et une bobine secondaire sont simplement couplées par induction électromagnétique. La difficulté avec ce procédé est que rendement de la transmission d’énergie s’effondre lorsque la distance entre les bobines augmente.
La résonance magnétique, qui permet des distances plus grandes. Cette technique repose sur une bobine et un condensateur qui fait office de résonateur. L’énergie électrique est transmise par résonance électromagnétique entre la bobine de l’émetteur et celle du récepteur. Ce procédé s’accommode ainsi de plus grandes distances. Le couplage magnétique entre les deux bobines peut en effet être faible, à condition que les fréquences de résonance se correspondent entre les deux bobines. Cette technique donne donc plus de souplesse quant à la disposition entre le chargeur et l’appareil à charger. C’est pourquoi les prototypes pour véhicules électriques la privilégient.

En termes de fréquences, les WPT dits génériques (hors véhicules électriques) se situent toujours dans des bandes de fréquences inférieures à 30 MHz. Pour les WPT destinés aux véhicules électriques (dits WPT –EV), seule la portion 79-90 kHz est prise en compte en Europe.
Une variété d’applications presque illimitée
Le système WPT peut s’appliquer à tout appareil électrique comportant des batteries. Deux grandes familles sont distinguées, entre WPT dédiés aux véhicules électriques (WPT-EV) et tous les autres (WPT génériques).

WPT génériques

Applications électronique grand public

  • De faible puissance (inférieure à 15 W) : c’est ici que se trouvent les chargeurs de smartphone, mais aussi la plupart des appareils électroniques à faible consommation.
  • De moyenne puissance (entre 30 et 800 W) : ils sont adaptés aux outils électriques portatifs, des tondeuses à gazon aux vélos électriques, en passant par les drones.
  • De haute puissance (jusqu’à 2400 W), car des grille-pain ou des machines à café sans fil sont en effet en projet !

Applications industrielles de haute puissance inférieure à 50 kW : cet usage convient par exemple à la recharge permanente d’un robot se déplaçant dans un environnement industriel le long d’une route prédéfinie.

Applications médicales

  • De faible puissance (inférieure à 0,5 mW) : le principal usage est celui des neuromodulateurs, destinés à réguler le fonctionnement de certains neurones.
  • La seconde classe, plus puissante, correspond à tous les autres dispositifs médicaux implantables, comme les implants auditifs.

WPT-EV

  • De moyenne puissance (inférieure à 22 kW) : pour les voitures particulières de tourisme.
  • Et de haute puissance (jusqu’à 200 kW) : par exemple pour des autobus ou des camions.

Vers un cadre réglementaire adapté
Étant donné l’extrême diversité des appareils à recharger, ces chargeurs sans fil seront bientôt des millions voir des dizaines de millions en France. En outre, chaque recharge suppose des heures, voire des dizaines d’heures d’utilisation… Tous ces chargeurs vont donc bientôt occuper en permanence la ressource spectrale qui leur est associée ! Le transfert d’énergie sans fil ne passera donc pas inaperçu dans le monde des fréquences, par ses émissions intentionnelles ou parasites.
En Europe ces appareils sont considérés comme des appareils à faible portée et sont donc couverts, pour leur mise sur le marché, par la directive européenne des équipements radioélectriques (Directive 2014/53/UE dite RED). Le sujet est aussi examiné par l’industrie sous l’angle de la compatibilité électromagnétique (CEM). La mise sur le marché serait alors couverte par la directive européenne concernant la compatibilité électromagnétique (Directive 2014/30/UE dite EMCD). 
L’ANFR est donc aujourd’hui engagée dans le processus de règlementation à la CEPT et le suivi de certains travaux normatifs, dont ceux de l’institut européen de normalisation des télécommunications (ETSI) et ceux de la commission électrotechnique internationale (IEC).  Cet engagement se révèle en effet indispensable pour assurer une cohérence entre le cadre réglementaire définissant les conditions d’utilisation des fréquences et les normes applicables aux équipements radioélectriques. 

 

ACMA Fiche d’information Radioamateur

Le régulateur australien des communications, l’ ACMA , a produit une fiche d’information Radioamateur.
Elle définit les rôles réglementaires et administratifs de l’ACMA, de « l’Australian Maritime College » et de l’Union internationale des télécommunications, comment l’ACMA interagit avec les opérateurs amateurs et où obtenir plus d’informations. .
La fiche d’information fournit des liens vers les principaux documents Radioamateur sur le site de l’ACMA.
Téléchargez la fiche d’information ICI

Mise à jour octroi de licences pour les films de drive-in et les services religieux

Les organisateurs d’événements cinématographiques et de services religieux pourraient se voir octroyer des licences de radio temporaires par l’ Ofcom, ce qui pourrait permettre aux cinéphiles et aux congrégations de se réunir tout en respectant la distance sociale.L’Ofcom a mis à jour ses informations de licence pour offrir des conseils aux personnes ou aux organisations qui souhaitent organiser ces types d’événements. Ils ont besoin d’une «licence de service restreinte» de l’Ofcom, afin que les gens dans leur voiture puissent entendre la bande sonore du film, ou ce qui se dit, sur leur autoradio FM.
Étant donné la pandémie actuelle de coronavirus, nous renonçons au délai de préavis habituel de 60 jours pour les demandes de licence. Nous traiterons également les demandes rapidement, dans le but de fournir une réponse aux candidats dans les deux semaines suivant leur réception.
Nous reconnaissons que ces événements peuvent être un moyen pour les communautés et les congrégations d’apprécier un film ou d’adorer, tout en respectant la distance sociale. En accordant une licence, cependant, nous n’autorisons pas l’événement lui-même. Il appartient aux titulaires de licence de s’assurer que tout événement est autorisé par les lois et les directives relatives à Covid-19.
Plus d’informations, y compris sur la façon de demander une licence de service restreinte, sont disponibles.
Informations de licence

Voix numérique pour bande marine VHF?

L’édition de mai du bulletin CEPT ECC examine l’utilisation de la voix numérique à espacement des canaux de 6,25 kHz dans la bande maritime VHF (156 MHz) au lieu des canaux FM actuels
Dans ce numéro:
• Équipement numérique dans les communications vocales VHF maritimes
• L’Europe regarde les États-Unis Les États et le Canada déploient l’authentification de l’identification de la ligne appelante
• Service fixe vers une utilisation plus efficace du spectre
Téléchargez le bulletin d’information du CEPT Electronic Communications Committee (ECC) PDF  ICI
CEPT ECC  Twitter ICI

L’Australie se rapproche de l’obtention de la bande WRC-15 de 60 m (5 MHz)

WIA rapporte que l’ACMA a publié une consultation publique intitulée Utilisation possible de la bande 5351,5-5366,5 kHz par le service amateur  
Récemment publiée sur le site Web de l’ACMA pour commentaires du public, l’ACMA sollicite actuellement des commentaires sur l’accès des amateurs à la bande 5 MHz en Australie. C’est une excellente nouvelle de nos amis de l’ACMA, étant donné le nombre de Radioamateurs dans le monde qui poursuivront l’Australie pour confirmation sur 60 m, mais avec 15W EIRP, le DX sera difficile.
C’est également un excellent choix de bande pour l’expérimentation générale de faible puissance avec même de nouveaux modes numériques comme WSPR, FT8, etc. et pour les communications intercontinentales autour de l’Australie et de nos voisins proches lorsque 80 m et 40 m peuvent ne pas convenir que 60 m est la meilleure solution, en particulier pour « l’outback » et les communications d’urgence à distance.
Lire l’histoire de WIA: 60 mètres à notre portée? ICI
La consultation publique de l’ACMA sur une bandeRadioamateur 5 MHz (60m) se trouve ICI  

Transfert d’alimentation sans fil: CIS / B / 737 / CDV rejeté

Le Comité spécial international sur les interférences radio (CISPR) de la Commission électrotechnique internationale (CEI) a rejeté une proposition du lobby du Wireless Power Transfer (WPT) qui aurait entraîné une pollution du précieux spectre RF HF
Bien que les systèmes de transfert de puissance sans fil (WPT) fonctionnent nominalement sur des fréquences inférieures à 150 kHz, ils peuvent polluer l’ensemble du spectre HF jusqu’à 30 MHz, ce qui peut non seulement ruiner le plaisir de la radio, mais aussi potentiellement perturber les communications des services clés.
Un document WPT note:
« l’analyse de rentabilisation des systèmes WPT prévoit une large diffusion de leur utilisation; dans le cas idéal, près d’ un système par ménage, alors que la plupart des véhicules électriques seront utilisés à l’avenir. »
Un tel résultat pourrait entraîner des niveaux d’interférence horribles et ruiner le spectre des fréquences radio HF, qui est une ressource naturelle précieuse.
Voir le document WPT ICI
CIS / B / 737 / CDV Résultat du vote ICI 
RSGB: Présentation du WPT  ICI

Actes finaux de la CMR-19 de l’UIT

Les Actes finals de la CMR-19 de l’UIT sont accessibles à tous, sans inscription ni connexion!
Les Actes finals de la CMR-19 constituent un compte rendu des décisions prises à la Conférence mondiale des radiocommunications 2019 (CMR-19) qui comprend à la fois les dispositions nouvelles et révisées du Règlement des radiocommunications, y compris tous les appendices, et les résolutions et recommandations nouvelles et révisées approuvées par la Conférence. Les déclarations faites par les États membres au moment de la signature des actes finaux sont également incluses.
Téléchargez le PDF ICI
Actes finaux de la CMR-19 ICI

ANFR Nomenclature des Radioamateurs  la seule officielle

Le présent annuaire permet de retrouver des indicatifs :

  1. de Radioamateurs français,
  2. de Radioclub,
  3. de Station Répétitrice (Relais Balises).
  4. Les Départements d’Outre Mer (DOM), FG et FS, FH, FJ, FM, FP, FR, FY
  5. Les Territoires d’Outre Mer (TOM) sont gérés par les collectivités locales.

Les Radioamateurs qui ont demandé à être inscrit en « liste orange » ne figurent pas dans cet annuaire.
Si les données vous concernant sont inexactes, vous pouvez le signaler par courriel ICI
Sites de l’Annuaire ICI
L’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) gère l’ensemble des fréquences radioélectriques et l’examen d’opérateur Radio.

Nouvelles du Club de radio amateur des Nations Unies

Le texte suivant a été publié le 11 avril 2020 sur la page Facebook du RadioClub Radioamateur des Nations Unies (4U1UN):
James, K2QI , président du RadioClub  des Nations Unies 4U1UN rapporte que dans le cadre du mouvement STAY HOME, pendant le verrouillage du siège de l’ONU, l’UNARC a obtenu une autorisation spéciale pour utiliser une possibilité d’opération à distance très limitée.
Compte tenu de la demande de modes DIGI pour 4U1UN – le fonctionnement sera limité au mode FT8 uniquement.
Veuillez noter qu’il n’y a qu’un fonctionnement à faible puissance possible à ce stade. Par conséquent, aucun Fox / Hound n’est possible car la division de puissance des canaux ne permettra pas de travailler sur des stations longue distance.
L’opérateur au clavier est James K2QI
OPDX