DGE Suite Réunion du 22/06/2018

Adhérer à l’ANRPFD

Calendrier des Salons Radio 2018

ADHEREZ ANRPFD – PAYPAL Facile!

Faire un don

QTR UTC

News ANRPFD depuis 26/02/2017

Votre Revue Nationale ANRPFD

nl

Associations Partenaires de l’ANRPFD

Petites Annonces

Cluster-DX-FOR-ME

Twitter – Facebook

Catégories

Archives

Twitter infos

Twitter

Prévisions Météo

Mesures

Retour à la fabrication Personnelle (homebrew)! ICI
Banbury Amateur Radio Society (BARS) a lancé un programme pour stimuler l' »homebrew ». Ceci est en deux parties, la compréhension des composants et la compréhension pratique et la construction d’équipements radio.
Le nom comique de BARSicle (BARS sur un vélo?) A été choisi pour les activités pratiques qui construiront une série d’équipements de test pour la Station (générateur de signal et de puissance / voltmètre RF), puis passer à la fabrication d’un RX Conversion Direct , un  exciterSSB, un PA et LPF, dans le but de construire une station complète simple.
Le programme se déroulera tous les 2 et 4 mercredi du mois.  Ils se rencontrent au 169, chemin Bloxham, Banbury
Site web du BARS ICI
Pour plus d’information veuillez contacter Antony M0IFA ICI 

Découvrons le VU-mètre, cet indicateur gradué qui donne l’intensité du signal audio pour fins d’optimisation.

Je vous explique la construction et l’usage de cet appareil à échelle logarithmique.

Comprendre les performances des transceivers Radioamateurs testés au laboratoire de l’ARRL par ON4IJ!

Depuis que quelques grands constructeurs de matériel de télécommunication à l’usage des radioamateurs se sont implantés sur les marchés mondiaux des appareils électroniques en radiofréquences, les radioamateurs disposent d’un large éventail de transceivers pour équiper leur station dans leur shack.
Introduction :
Quel transceiver choisir en fonction des QSO que l’on vise ? Comment choisir un transceiver en fonction de son QTH et de ses aériens ? Comment s’y retrouver dans toutes ces mesures aux unités diverses ? Comment faire parler ces mesures dans le concret ?

Rétrospective :
Il est bien loin le temps où les radioamateurs construisaient de toutes pièces leur récepteur et leur émetteur ondes courtes à l’époque héroïque des tubes radio puis plus tard avec les premiers transistors disponibles. Toutefois, les OM actifs en SHF et microondes doivent encore être capables aujourd’hui en 2018 de monter leur station eux-mêmes, parfois à l’aide de modules dédiés ou de matériel de récupération qui doit être adapté sur les bandes de fréquences radioamateurs. En effet, peu de matériel (pratiquement aucun) n’existe « tout fait » clef sur porte dans ces gammes de fréquences.
Il y a eu une période de transition vers les années 70 et 80 où les OM pouvaient disposer de récepteurs et d’émetteurs en kit. Nombreux sont les OM parmi nos aînés qui ont construit leur première station à partir du matériel Heathkit, un constructeur très célèbre en matière de kits performants, très bien documentés, avec des composants triés par sous-ensembles électroniques, et montages qui ont toujours fonctionné du premier coup. Rien n’est donc perdu dans la maîtrise technique et électronique chez les radioamateurs car il y a devant nous un nouveau défi : celui de comprendre intimement les performances d’un transceiver.
Tant vaut l’antenne, tant vaut l’émetteur ! Oui, c’est vrai et chaque OM devrait commencer par le choix de ses aériens, mais aussi par choix du QTH, pour bien faire en altitude, dans des conditions de dégagement des aériens et dans une zone où il y a le moins possible de QRM. Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne au point de vue du QTH, des aériens, du QRM, etc., ainsi, dans la situation réelle d’un OM, il y a moyen de choisir un transceiver adapté en fonction du contexte dans lequel cet OM se trouve.
Comprendre les mesures, c’est d’abord comprendre dans les grandes lignes les fonctionnalités des différents appareils de mesure qui sont utilisés pour relever les performances d’un transceiver. Comprendre les mesures, c’est aussi comprendre le fonctionnement d’un récepteur et celui d’un émetteur. Il y a donc lieu de bien avoir à l’esprit le schéma-bloc d’un récepteur superhétérodyne ou SDR (Software Defined Radio) et celui d’un émetteur AM, SSB, FM, et même à modulation numérique.
Les données du constructeur et les mesures relevées par le laboratoire de l’ ARRL:…..

La Radio c’est d’abord de la Physique, ne vous y trompez pas » par F6TEM Février 2018

1)Introduction
Différentes péripéties m’ont amené à revoir la mise en place d’un standard de fréquence 10MHz unique pour l’ensemble de la station, aussi bien pour les transverters 28/144 et 28/1296 que pour l’instrumentation de mesure c’est-à-dire plus particulièrement le pilotage d’un synthétiseur ADRET 3310A reconditionné après des mois de ténacité…. résolution 0.1Hz quand même pour ce dernier de la BF jusqu’à 60 MHz.
A l’époque du tout GPS et de l’externalisation des services (sic), ça peut paraitre ringard mais un pilote Xtal est capable d’une pureté spectrale (bruit de phase) que bien des étalons primaires ou secondaires pourraient lui envier.
En limitant la charge, en régulant la puissance appliquée au résonateur, en contrôlant avec précision la température, on arrive à des résultats étonnants qui ne datent pas d’hier. ICI
(nb: la visite approfondie du site n’est pas interdite)!
Enfin, l’autonomie de la station est préservée. Le calage absolu périodique peutse faire tous les 6 ou12 mois, la dérive lente par le taux de vieilli ssement de la référence étant d’environ 1 part dans 1E07/an @ F=10 MHz.
Avec un Vector Voltmeter HP8405, cela prend 5 à 10′ et réveille de bons réflexes et souvenirs (correction précise de la dérive par la mesure de Phase) ICI …………

Fondations de la Radioamateur
Comment pouvez-vous mesurer la fréquence de votre radio?

La fréquence que vous écoutez et transmettez dans un transceiver moderne est dérivée d’un oscillateur maître à quartz (cristal), dans mon cas 22.625 MHz. Cette fréquence maître est multipliée et divisée pour déterminer la fréquence finale.
Pour atteindre 2m vous devez multiplier par 6. Pour atteindre 70cm, multipliez par 20. De même, pour atteindre 40m, divisez par 3.
Toute légère variation de la fréquence du Quartz (cristal) a un impact! Une variation de 100 Hz de l’oscillateur maître provoque l’extinction de la radio de 600 Hz sur 2 m ou de 2000 Hz sur 70 cm. Plus vous allez haut, plus l’erreur est grande.
Cela nous laisse avec deux problèmes. Si le Quartz (cristal) change de fréquence au fil du temps, votre transceiver se déplace avec ce changement qui est particulièrement visible sur les fréquences plus élevées. J’ai déjà discuté de la façon dont vous pouvez gérer la variation en corrigeant la température.
L’autre problème est la fréquence absolue réelle. Si la radio est configurée par un quartz  (cristal) avec une fréquence et que si vous remplacez le Quartz (cristal) par un autre, comment savez-vous à quelle fréquence vous vous trouvez? Votre cadran dit une chose, mais est-ce la fréquence réelle? Comment mesurez-vous une différence?
Une nouveau transceiver est-il le même que celle d’un vieux transceiver (vieille radio)? La fréquence change-t-elle avec le temps?
La mesure est l’acte de comparer deux choses. Pensez à une règle, un bâton en bois avec des marques sur lui. Si les lignes sur le bâton ne sont pas dessinées au bon endroit, tout ce que vous mesurez avec ce bâton ne correspondra pas aux autres bâtons. Cela n’a pas d’importance si vous n’utilisez que votre bâton pour tout construire, mais généralement vous utilisez des pièces fournies par quelqu’un d’autre avec leur propre bâton de mesure.
Dans votre transceiver, la même chose est vraie. Quelle est la fréquence réelle n’a pas d’importance jusqu’à ce que vous avez besoin de le comparer à la fréquence de quelqu’un d’autre. Comme dis, une autre station de radio.
La première chose dont nous avons besoin est quelque chose à comparer, une fréquence de référence. En l’occurrence, il y en a plusieurs. À titre d’exemple, vous trouverez des diffusions de référence sur 5 MHz, sur 10 MHz, 15 MHz et 20 MHz. Il existe d’innombrables autres fréquences où vous trouverez des stations de signaux horaires radio. Ces stations diffusent sur une fréquence constante avec un signal défini que vous pouvez utiliser pour effectuer des mesures, même vos stations de diffusion locales ont un opérateur avec lequel vous pouvez commencer.
Un signal d’horloge radio typique sera une station AM avec toutes sortes d’informations codées sur la transmission. Vous pouvez syntoniser votre récepteur de la station et entendre une horloge parlante, une seconde marque, etc. A moins que votre transceiver ne soit vraiment détraquée, vous ne pourrez probablement pas remarquer d’erreurs de fréquence.
Si vous syntonisez la même station avec une bande latérale, vous entendrez des artefacts, mais vous n’entendrez essentiellement rien. Cependant, si vous accordez légèrement la fréquence, vous entendrez une tonalité. Cette tonalité est la fréquence porteuse centrale et c’est très précis.
À ce stade, vous pouvez faire beaucoup de choses. Je vais couvrir l’un d’eux.

Je vais expliquer cela avec 10 MHz.
Si vous réglez votre transceiver sur Upper Side Band et que vous syntonisez à 9,999 MHz sur votre récepteur, vous devriez entendre une tonalité de 1 kHz. De même, si vous réglez votre transceiver sur Lower Side Band et syntonisez 10,001 MHz, vous entendrez également une tonalité de 1 kHz.
En substance, vous écoutez le transporteur comme une tonalité audio de 1 kHz.
Vous pouvez permuter entre les deux fréquences, en en réglant une sur le VFO-A et l’autre sur le VFO-B et en basculant entre elles avec lecommutateur A / B de votre transceiver. Si la tonalité change, votre transceiver est hors fréquence. Combien de fréquence hors sont déterminées par la différence entre les deux tons. En baissant les deux fréquences de la même quantité, ou en augmentant les deux de la même quantité, l’une des tonalités va augmenter tandis que l’autre descend et vice versa. Une fois que vous avez les deux tons identiques, écrivez les deux fréquences. Divisez la différence et vous saurez à quelle fréquence votre transceiver pense que 10 MHz est activé.
Vous aurez besoin d’un transceiver  avec la bande latérale supérieure et inférieure et la possibilité de basculer entre deux fréquences et avant de commencer, vous devez vous assurer que votre transceiver n’a pas de changement de fréquence activées, RIT, Clarifier , Offset, peu importe ce qu’il appelle sur votre radio. Tous doivent être éteints.
Il y a d’innombrables autres façons de le faire, une procédure appelée battement-nul avec un indicateur de force du signal, en utilisant une tonalité et en écoutant un vacillement dans le son, en utilisant un deuxième récepteur externe et battement-nul contre cela, en utilisant un ordinateur pour générer des sons , en utilisant le logiciel FMT inclus avec le logiciel WSPR et probablement beaucoup plus.
Le but de tous ces processus est de détecter une différence là où il ne devrait pas y en avoir une.

Un dernier commentaire.
Le processus le plus précis à ce jour sans équipement de mesure spécialisé consiste à utiliser votre ordinateur compatible WSPR et le logiciel FMT inclus. Je vais regarder la prochaine fois si je peux comprendre ce que Joe K1JT a écrit sur le sujet.
Bonne mesure!

Je suis Onno VK6FLAB

Écoutez le podcast: ICI

Crédit Photo Schéma-électronique

Pour un euro de plus, il est possible de transformer votre selfmètre, paru dans l’article « Un selfmètre HF ou comment mesurer la valeur d’une bobine haute fréquence », en un selfmètre-capacimètre des plus précis, capable de mesurer les valeurs capacitives allant de 2,7 pF jusqu’au-delà de 39 nF !

Vous avez été nombreux, une fois encore, en particulier les aficionados de HF, à nous demander de compléter le selfmètre HF de l’article « Un selfmètre HF ou comment mesurer la valeur d’une bobine haute fréquence » en capacimètre précis pour la mesure des faibles et moyennes capacités….   de l’article de « schema-électronique.net »

Comme je l’ai dit dans le document joint, cette séance de mesure fait suite aux travaux de Jean-François chez notre ami Emile F4HQK, dont le Baofeng avait des états d’âme face à des signaux forts.
Vous avez eu l’occasion de lire le CR de JF sur le sujet. Aujourd’hui, j’ai regardé ce que donnait un stub 1/2 onde extrémité en c/c, versus un 1/4 d’onde extrémité ouverte.
Les différences sont minimes, mais néanmoins dignes d’intérêt. Je vous laisse découvrir le CR de ma petite séance de mesures.

Seance de mesures sur des stub quart et demi-onde.pdf

73… Philippe – F4GRT

Source Liste Ham_Info 13 Yahoo

Une grande partie des manuels (Notices) et schémas « HEATHKIT » sont ici en libre téléchargement ICI

Sur la page d’accueil il y a de très nombreux documents à télécharger: ICI

Il y a aussi des docs « HEATHKIT » ICI

Cdlt
Domi64

Source DocTSF ICI

Une autre excellente série WU2D, vidéo sur la création du système de germanium bipolaire Regens.
Choisir des transistors RF et les tester à haute fréquence.
Une partie de sa série rétro QRP.

Un diviseur par 1000 à 2.4 GHz (Fréquencemètre…) par F6FEO

Principe
Le circuit MB506, généralement utilisé pour la synthèse de fréquence, divise le signal par 64.
La mise en forme des signaux est effectué par le 2N2369, suivent ensuite trois diviseurs par 2.5

Source sur le site de F6FEO ICI

Dans cette vidéo, je vous présente un phénomène qui peut affecter toutes les sphères de l’électronique: Le bruit. Je discute des sources, des effet et des impacts du bruit.

Dans cette vidéo, je fais l’essai de ce contrôleur de température W1209, acheté à peu de frais. C’est comme un thermostat, mais vu d’un angle plus industriel. Celui-ci offre une hystérésis de contrôle de 0,1 degré Celsius, ce qui améliore la stabilité en température de ma chambre à pendule asservi.