Site Associatif ANRPFD
Adhérer à l’ANRPFD en 2022
ANRPFD TV
nl
RRF : Réseau Relais Français!

Carte Relais Français
Nos Moyens de Communications
ADHEREZ VIA PAYPAL Facile!
QTR UTC
Revue et Chronique SWL Nationale
nl
Ecoute Satellite QO100!

News ANRPFD depuis 26/02/2017
Propagation
Relais Radioamateur
Grey Line
Relais Radioamateur
Associations Partenaires de l’ANRPFD
DXWATCH-Cluster
Twitter – Facebook
Catégories
Twitter infos
Liens Techniks, Om, RC, Divers
Propagation Bandes HF
Twitter
Prévisions Météo

Télécoms spatiaux

Deux satellites militaires ont récemment échangé plus de 200 gigabits de données sur une distance d’environ 100 kilomètres en utilisant la communication laser dans l’espace. Les satellites ne communiquent généralement pas directement entre eux. Au lieu de cela, ils utilisent des signaux radio pour transférer des données vers une station au sol sur Terre, qui relaie ensuite ces données à un autre satellite. Les terminaux optiques entre satellites sont considérés comme plus rapides et plus sûrs. Les deux satellites, nommés Able et Baker, ont été lancés l’été dernier par la Defense Advanced Research Projects Agency des États-Unis dans le cadre de son projet Blackjack. Un transfert de données beaucoup plus lent a lieu dans des conditions plus difficiles lors de la communication avec l’avant-poste de l’humanité au-delà de notre système solaire. Les ingénieurs de la NASA étudient les données de télémétrie anormales produites par la vénérable sonde spatiale Voyager 1. Ils essaient maintenant de déboguer la sonde, une tâche formidable car les données circulent de Voyager à 160 bits par seconde, et les signaux mettent 20 heures et 33 minutes pour atteindre le sonde. Une annonce de mercredi indique que la sonde fonctionne normalement, reçoit et exécute des commandes de la Terre, et continue de faire de la science et de téléphoner à la maison avec des données. Mais le système d’articulation et de contrôle d’attitude (AACS) de Voyager 1, qui aide à pointer l’antenne de la sonde vers la Terre, ne reflète pas actuellement ce qui se passe réellement à bord. La NASA dit que les données AACS peuvent sembler être générées de manière aléatoire, ou ne reflètent aucun état possible dans lequel l’AACS pourrait se trouver. La bonne nouvelle est que l’engin se porte toujours bien. Il n’est pas nécessaire d’entrer en mode sans échec et son signal est toujours fort, il semble donc que l’antenne principale soit correctement alignée même si les données du système suggèrent le contraire.
Dans son dernier bulletin d’information hebdomadaire, l’AMSAT a annoncé la publication d’un article détaillé décrivant la réception du Mission chinoise Tianwen-1 sur Mars réalisée par AMSAT-DL à l’aide de la parabole de 20 mètres de l’observatoire de Bochum en Allemagne. Un décodeur GNU Radio en temps réel a été utilisé pour recevoir et stocker la télémétrie presque tous les jours pendant 10 mois. Certaines des variables de télémétrie, telles que les informations de trajectoire, ont été interprétées avec succès et utilisées pour suivre la progression de la mission. Un PDF du rapport est disponible en téléchargement  ICI .
Source : Irish Radio Transmitters Society