Site Associatif ANRPFD
Adhérer à l’ANRPFD en 2021
RRF : Réseau Relais Français!

Carte Relais Français
Nos Moyens de Communications
ADHEREZ VIA PAYPAL Facile!
QTR UTC
Ecoute Satellite QO100!

News ANRPFD depuis 26/02/2017
Propagation
Relais Radioamateur
Grey Line
Relais Radioamateur
Chronique SWL Nationale ANRPFD
nl
Associations Partenaires de l’ANRPFD
Cluster-DX-FOR-ME
Twitter – Facebook
Catégories
Twitter infos
Liens Techniks, Om, RC, Divers
Propagation Bandes HF
Cluster Dx Fun
Twitter
Prévisions Météo

Les astronomes détectent de nouvelles fréquences

à partir de mystérieuses sursauts radio rapides

Le mystère des sursauts radio rapides (FRB) depuis l’espace pourrait être un pas de plus pour être résolu. Les astronomes qui étudient un signal répétitif d’une galaxie proche ont détecté un rayonnement à la fréquence la plus basse de tous les FRB trouvés jusqu’à présent, fournissant de nouveaux indices potentiels sur leur origine.
Les FRB sont exactement ce à quoi ils ressemblent: des rafales de signaux radio qui ne durent que quelques millisecondes. Depuis qu’ils ont été détectés pour la première fois il y a plus de dix ans, ils ont afflué de tous les coins du ciel, chaque détection approfondissant le mystère ou apportant de nouveaux indices sur ce qui pourrait les causer – ou parfois les deux à la fois.
Certains d’entre eux sont des événements ponctuels, tandis que d’autres semblent se répéter de manière aléatoire ou selon un calendrier prévisible. L’étude des ondes radio qu’ils émettent fournit d’autres indices sur l’environnement dans lequel elles sont produites – certaines semblent provenir de milieux calmes, tandis que d’autres signaux sont tordus et polarisés d’une manière qui suggère une interférence par de puissants champs magnétiques.
Maintenant, dans une paire d’études, les astronomes ont détecté de nouveaux détails qui pourraient contribuer à résoudre le mystère. Tous deux se sont concentrés sur un signal appelé FRB 180916, détecté pour la première fois en 2018 et remontant à une galaxie à seulement 500 millions d’années-lumière. Il se répète comme une horloge sur un cycle de 16 jours, gazouillant activement pendant quatre jours avant de se taire pour les 12 prochains……
L’étude LOFAR a été publiée dans Astrophysical Journal Letters, tandis que l’étude de résolution temporelle est apparue dans Nature Astronomy.
Sources: Université McGill, JIVE  ICI