Site Associatif ANRPFD

Adhérer à l’ANRPFD en 2021

RRF : Réseau Relais Français!

Carte Relais Français

Nos Moyens de Communications

ADHEREZ VIA PAYPAL Facile!

QTR UTC

Ecoute Satellite QO100!

News ANRPFD depuis 26/02/2017

Propagation

Relais Radioamateur

Grey Line

Relais Radioamateur

Chronique SWL Nationale ANRPFD

nl

Associations Partenaires de l’ANRPFD

Cluster-DX-FOR-ME

Twitter – Facebook

Catégories

Twitter infos

Liens Techniks, Om, RC, Divers

Propagation Bandes HF

Cluster Dx Fun

Twitter

Prévisions Météo

ANFR ARCEP DGE

L’ANFR publie l’analyse des mesures d’exposition du public

aux ondes de plus de 300 compteurs Linky

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) publie son étude annuelle portant sur l’analyse de plus de 300 mesures d’exposition du public aux ondes électromagnétiques des compteurs Linky, réalisées en 2020. Les résultats montrent que ces compteurs n’émettent que sur une faible partie du temps et que les niveaux relevés lors de ces émissions sont faibles, très inférieurs aux limites réglementaires.
Cette étude porte sur l’ensemble des mesures réalisées en 2020 dans le cadre du dispositif national de surveillance de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques dans la bande 9 kHz – 100 kHz. Ouvert aux particuliers et aux collectivités locales, ce dispositif permet de faire mesurer gratuitement l’exposition aux ondes aussi bien dans des locaux d’habitation que dans des lieux accessibles au public.
329 lieux ont fait l’objet de mesures à proximité d’un compteur Linky, en intérieur et principalement en milieu urbain. L’ensemble des mesures réalisées respecte les valeurs limites réglementaires d’exposition du public aux ondes fixées par le décret n° 2002-775 du 3 mai 2002.
Les compteurs Linky n’émettent pas de manière constante : pour près des deux tiers des mesures (62 %), aucun rayonnement CPL Linky n’a été détecté malgré un temps de mesure moyen d’une heure. Cela s’explique par l’intervalle d’interrogation des compteurs qui varie notamment selon le nombre de compteurs raccordés sur la même boucle de distribution pour la desserte d’un quartier.
Deux types de mesures ont été réalisés :
des mesures effectuées lors des envois de « trames CPL », c’est-à-dire lors des envois des données recueillies par le compteur Linky, qui sont d’une durée très brève, de l’ordre de 0,1 à 0,2 secondes. Ces mesures correspondent à des valeurs « crêtes » maximales, allant jusqu’à 4,4 V/m pour le champ électrique, et 0,25 µTpour le champ magnétique, soit des valeurs au moins 20 fois inférieures aux valeurs limites réglementaires de 87 V/m et 6,25 µT des valeurs moyennes sur 6 minutes ont également été relevées. Les valeurs maximales mesurées sur 6 minutes sont de 1,3 V/m pour le champ électrique et de 0,02 µT pour le champ magnétique, soit plus de 60 fois inférieures aux valeurs limites réglementaires.
82 % des mesures ont été réalisées à une distance de 20 cm du compteur Linky. Celles réalisées à des distances supérieures montrent des niveaux d’exposition en général plus faibles, la distance étant un paramètre majeur de diminution de l’exposition : dès qu’on s’éloigne de quelques dizaines de centimètres de la source de rayonnement, le niveau d’exposition baisse fortement.

Plus d’informations
Télécharger le rapport complet ICI
En savoir plus sur le fonctionnement du compteur Linky ICI

ANFR : Top départ pour la saison des grands événements

Le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères a fait appel à l’Agence nationale des fréquences (ANFR) pour assurer le contrôle des fréquences radioélectriques des services de l’État lors du 28e sommet Afrique-France qui s’est tenu à Paris 2021 les 17 et 18 mai 2021. Ce sommet a constitué la première manifestation post-confinement et a marqué aussi le coup d’envoi des Grands Évènements couverts par l’Agence. Le Grand Palais Éphémère, bâtiment provisoire de 10 000 mètres carrés installé sur le Champs de Mars à Paris, a été inauguré à cette occasion, puis servira ultérieurement pour des expositions et les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.
Trois évènements sportifs au retentissement mondial se sont ensuite enchaînés avec la 78e édition du Grand Prix de Formule 1 de Monaco, le 120e Tournoi international de tennis de Roland Garros et le « Formula 1 Grand Prix de France 2021 » du circuit Paul Ricard du Castellet.
Le Secrétariat Général du Gouvernement Princier de la Principauté de Monaco a mandaté l’Agence pour assurer le contrôle des fréquences radioélectriques lors des préparatifs et du déroulement du « Formula 1 Grand Prix de Monaco 2021 ». Du 21 au 23 mai, l’Agence a apporté toute son expérience et son savoir-faire lors de ce Grand Prix et ses agents ont saisi l’occasion donnée par cette manifestation pour former leurs homologues monégasques sur les nouveaux matériels utilisés (TDOA[1], TSME[2]…).
La Fédération Française de Tennis a, pour sa part, fait appel à l’ANFR pour assurer l’attribution et le contrôle des fréquences utilisées lors de la 120e édition des Internationaux de France de tennis de Roland Garros. Le tournoi 2021 s’est déroulé du 30 mai au 13 juin, selon une nouvelle formule comprenant une night session inédite pour le Grand Chelem Parisien. Ces dix affiches sessions de nuit ont également été diffusées en intégralité.
La Formula One Management (FOM) a de son côté sollicité l’Agence pour assurer le contrôle des fréquences radioélectriques lors des préparatifs et du déroulement du « Formula 1 Grand Prix de France 2021 »,  le circuit Paul Ricard du Castellet, qui s’est déroulé le week-end du 20 juin.
Cette période, intense en matière de grands évènements sportifs, a également été marquée par la tenue du Salon Vivatechnology du 16 au 19 juin. Premier salon ouvert au public post-confinement pouvant accueillir, à un instant donné, jusqu’à 5000 personnes au Parc des expositions de Paris Porte de Versailles, il a été organisé par Publicis Live qui a fait appel à l’ANFR pour assurer le contrôle des fréquences radioélectriques utilisées à cette occasion. Les bandes Wi-Fi et PMSE audio étant fortement sollicitées, l’Agence a veillé au bon emploi de ces fréquences sur les différents stands des exposants et est intervenue à plusieurs reprises pour faire cesser des perturbations.
Source ANFR

De Jean Luc Fortin F6GPX sur Facebook ANRPFD

UNE NOUVELLE VERSION DE

L’ANNUAIRE DES RADIOAMATEURS EST DÉSORMAIS DISPONIBLE EN LIGNE

Une nouvelle version de l’annuaire des Radioamateurs développée par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) est disponible en ligne. Cet annuaire permet de retrouver les indicatifs français, l’adresse d’un radioclub, le responsable d’une station répétitrice ou encore les indicatifs spéciaux délivrés par nos services. L’évolution mise en ligne répond à de nombreuses sollicitations de la communauté des Radioamateurs.
Cette nouvelle version prend en compte les prérogatives de respect des données personnelles imposées par le règlement général sur la protection des données (RGPD).
Ainsi, Il est toujours possible pour les utilisateurs de disparaitre de manière quasi instantanée de l’annuaire en s’inscrivant sur « liste orange ». Un lien permettant de contester des données inexactes sur son indicatif est rendu disponible, facilitant ainsi le dialogue entre l’ANFR et les usagers. Toujours dans un objectif de respect du RGPD, une limite de résultats par recherche a été mise en place.
Pour une plus grande pertinence des résultats, l’outil de recherche mis à disposition des utilisateurs permet de croiser plusieurs critères. Il est maintenant possible de lancer une recherche en filtrant les résultats par département, indicatif ou nom. De plus, il possible de ne préciser que les 2 premiers caractères d’un nom pour lancer une recherche.
A toutes ces nouveautés s’ajoute enfin la possibilité de rechercher des indicatifs spéciaux actifs, de connaître le nom de l’évènement, la date de début et de fin ainsi que l’indicatif du responsable.
Adresse de l’annuaire : ICI
En cas de rectification des données contact ICI

L’ANFR souhaite s’équiper de drones de mesure de radiofréquences

pour ses missions de contrôle du spectre.

Légers – idéalement moins de 4 kg charge utile comprise – , ces drones embarqueront un analyseur de spectre compact et programmable ainsi qu’un système de géolocalisation précis. L’Agence va lancer en juillet un marché public en dialogue compétitif pour développer ces nouveaux drones de mesures, les réponses sont attendues début septembre.
Prêts à relever le challenge ? soyez attentifs au lancement du dialogue compétitif qui sera prochainement publié ICI  .
Pour plus d’informations d’ici là vous pouvez contacter ICI .

Viva Technology : rencontrez l’ANFR sur le plus grand évènement de la tech et des start-ups en Europe, du 16 au 19 juin prochain !
L’Agence nationale des fréquences (ANFR) sera présente à la 5e édition de VivaTech qui se tiendra du 16 au 19 juin 2021 au Parc des Expositions de la Porte de Versailles. Vous pourrez découvrir dans son espace, stand D 33, plusieurs initiatives innovantes présentées par ses experts et ses partenaires, les sociétés Ezako et Exem.
Pour cette nouvelle édition, Viva Technology fait à nouveau appel à l’ANFR pour contrôler et vérifier la bonne utilisation des fréquences utilisées pour l’organisation de l’événement. Ce partenariat permet de garantir l’absence d’interférences entre les nombreux usages et innovations qui seront présentés durant l’événement et qui font appel aux fréquences pour communiquer sans fil. 
L’ANFR proposera également sur son stand un large échantillon de ses actions en faveur des start-ups et en matière d’innovation.
Une présentation des travaux menés avec la start-up Ezako vous permettra de découvrir comment l’intelligence artificielle peut être mise à profit pour améliorer les contrôles de l’ANFR et contribuer ainsi à un meilleur usage du spectre des fréquences, bien immatériel de l’Etat.  
Vous pourrez aussi prendre connaissance du niveau d’exposition aux ondes dans l’enceinte de Vivatech, grâce à l’installation de trois capteurs connectés de la société Exem, qui donneront en temps réel les niveaux mesurés à trois endroits différents du salon. Des sondes de mesures d’ondes seront également disponibles sur notre stand pour tester l’exposition de vos appareils connectés. 
Vous pourrez aussi découvrir comment la Blockchain des fréquences, service novateur dans le secteur public, permet de proposer et d’organiser en un lieu donné la réservation de fréquences libres, de manière transparente et auditable. Ou encore, comment l’utilisation de drones de mesure permet à nos agents de gagner en efficacité lors d’opérations de contrôle de sites radioélectriques.
Enfin, une démonstration de notre laboratoire de mesure du DAS des téléphones portables sera réalisée à distance jeudi à 15h30 sur la plateforme Twitch.
De nombreuses autres surprises vous attendent sur notre stand, venez nombreux !
En savoir plus   Visitez le site de l’événement

Les Ateliers des fréquences #3 : les constellations et les nouvelles applications spatiales

Evolution du barème de l’examen Radioamateur

Depuis le 4 juin 2021, l’ANFR a mis en place le nouveau barème de l’examen Radioamateur, conformément à l’arrêté du 2 mars 2021 modifiant l’arrêté du 21 septembre 2000 modifié fixant les conditions d’obtention des certificats d’opérateur, d’attribution et de retrait des indicatifs des services d’amateur, publié au journal officiel le 6 mars 2021.
Les bonnes réponses rapportent désormais 1 point, l’absence de réponse, comme les mauvaises réponses, ne sont plus sanctionnées comme auparavant.
Par ailleurs, des améliorations seront apportées à l’annuaire radioamateur très prochainement pour prendre notamment en compte les indicatifs spéciaux et les améliorations attendues. Source ANFR ICI

Le media radio a bientôt 100 ans !

Découvrez sa fabuleuse histoire au prisme de ses mutations technologiques

2021, la première fête de la Radio
A partir du 31 mai prochain, le CSA organise la première fête de la radio et c’est un événement ! 2021 est en effet marquée par une triple célébration pour ce média emblématique: les 100 ans de la première diffusion en ondes longues depuis la Tour Eiffel, les 40 ans de la libération de la bande FM et le lancement cette année des deux multiplex nationaux en DAB+, symbolisant la transition de sa diffusion hertzienne de l’analogique vers le numérique.
C’est tout naturellement que l’ANFR s’associe à ces festivités. En effet, le média radio constitue sans doute l’application la plus familière des fréquences auprès du grand public: qui n’a pas en tête ces chiffres, répétés comme jingles, qui correspondent à la fréquence de certaines stations? Qui n’a pas déjà parcouru l’ensemble du tuner de son autoradio pour trouver un programme qui lui sied.
Des grandes ondes d’antan à la radio numérique terrestre de demain, retraçons pour cette occasion l’évolution des techniques et fréquences de radiodiffusion sonore, une histoire commencée il y a déjà plus de 100 ans………..

L’ANFR Académie propose une série de petites vidéos pédagogiques qui visent à vulgariser des notions parfois complexes liées aux fréquences radioélectriques. Ces courtes vidéos ont vocation à s’adresser au grand public grâce à des supports percutants et des illustrations adaptées.
1er épisode : Comment fonctionnent les ondes ?

France: Règlementation Radioamateurs

Pour ceux qui s’intéressent à la réglementation des Radioamateurs en France, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a une page pratique qui fournit des liens vers tous les textes juridiques pertinents.
Réglementation en Français ICI
Règlement ANFR Radio Amateur en anglais  ICI
La page ANFR Amateur Radio a un lien vers le répertoire des licences qui vous permet de rechercher des Radioamateurs individuels, des Radioclubs ou des Répéteurs en utilisant soit leur nom d’indicatif.
Page Radio Amateur ANFR en Français ICI
Page Radio Amateur ANFR en anglais  ICI

Nouveau TNRBF au 07/05/2021 (Répartition des Bandes de Fréquences)! ICI

Le Premier ministre a arrêté le 4 mai 2021 le nouveau tableau national de répartition des bandes de fréquences (TNRBF) proposé par une délibération du conseil d’administration de l’Agence nationale des fréquences le 26 novembre 2020.
Le TNRBF donne aux utilisateurs des fréquences une visibilité de long terme sur la disponibilité de la ressource spectrale. Ses évolutions sont très fortement structurées par le processus d’harmonisation, au niveau européen et international, qui fixe un cadre pour garantir la coexistence entre les systèmes de radiocommunications, l’interopérabilité et les économies d’échelle, tout en veillant au respect de la souveraineté des États.
Ce nouveau TNRBF prend en compte les décisions de la conférence mondiale des radiocommunications de 2019 ( CMR -19), qui s’est tenue à Charm el-Cheikh, Égypte, du 28 octobre au 22 novembre 2019. Il intègre également des évolutions issues du processus européen d’harmonisation des fréquences  avec la mise à jour des références de plusieurs décisions de la commission européenne et l’ajout pour l’Arcep de droits additionnels afin de permettre la mise en œuvre de systèmes de transports intelligents dans la bande 5875-5935 MHz. En donnant à l’Arcep l’accès au service mobile dans la bande 5925-6425 MHz, ce nouveau TNRBF confère en outre les droits nécessaires pour autoriser l’utilisation de 480 MHz de spectre supplémentaire pour les réseaux locaux et technologies d’accès sans-fil (WAS/RLAN) dans la bande 5945-6425 MHz, récemment harmonisée au niveau européen. L’ANFR a eu un rôle déterminant auprès de ses partenaires européens et de l’industrie afin de faire aboutir le cadre réglementaire finalisé, qui fera l’objet prochainement d’une décision d’exécution de la Commission européenne. Ce cadre réglementaire répond aux fortes attentes des utilisateurs pour de la connectivité WiFi à haut débit. Il est compatible avec les usages existants dans la bande tels que les faisceaux hertziens (FH) et impose, pour la protection des applications rail urbain (CBTC), des niveaux d’émission hors-bande suffisamment bas. La valeur des émissions hors bande pour les équipements WiFi nomadiques fera néanmoins l’objet d’une révision à partir d’expérimentations de terrain afin d’examiner un relâchement éventuel de la contrainte, dans le cadre d’une revue du cadre réglementaire européen avant le 31/12/2024.
Des modifications sont également apportées en Région 3, en vue de faciliter le déploiement des services mobiles en Polynésie française, Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna.

La présentation de l’annuaire ANFR des Radioamateurs a été modifiée.

Il est à présent disponible ICI . En le consultant, vous allez très vite vous rendre compte qu’il devient inutilisable ! ! Soit c’est un bêta test qui ne demande qu’à être étoffé, soit c’est encore de l’argent public gaspillé… En tous cas, si quelqu’un a été consulté pour définir les fonctionnalités de ce site, il aura bien mal fait passer son message (ou l’aura trop bien fait passer…) Par contre aucune association n’a été avertie de ce changement.

NDLR : Voila le résultat de la suppression de la taxe Radioamateurs de 46€…. Merci a ceux qui ont œuvré pour cette action!. Cette annuaire permettait d’effectuer la promotion du Radioamateurisme. Outils indispensable pour la distribution des QSL?

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) gère l’ensemble des fréquences radioélectriques en France. Cette ressource rare et stratégique, utilisée pour toutes les communications sans fil, appartient au domaine public de l’Etat qui en a confié la gestion à l’ANFR. A ce titre, elle a pour mission de négocier, au niveau international, les futurs usages des bandes de fréquences et de défendre les positions françaises. Elle autorise également toutes les implantations de sites d’émission (>5 watts) sur le territoire et s’assure du respect des limites d’exposition du public aux ondes. Enfin, elle contrôle l’utilisation des fréquences et assure une bonne cohabitation de leurs usages par l’ensemble des utilisateurs. En savoir plus ICI

Les données de l’ANFR : l’open data pour un maximum de transparence

Depuis 2015, l’ANFR a entrepris une démarche d’ouverture de ses données avec sa mission historique de gestion des fréquences et des sites radioélectriques en France. Ainsi, les premières données à avoir été publiées en open data sont celles relatives aux stations radioélectriques de puissance supérieure à 5 Watts. Depuis 2017, l’ANFR publie également les résultats de mesures de débit d’absorption spécifique[1] (DAS) réalisées dans le cadre de sa mission de contrôles de surveillance du marché visant à s’assurer du respect, par les constructeurs, de la réglementation européenne applicable aux téléphones portables. Sont ensuite venus s’ajouter les résultats de mesures réalisées à proximité de compteurs communicants, dans le cadre du dispositif national de surveillance de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques dans la bande 9 kHz – 100 kHz, puis des informations sur les équipements radioélectriques maritimes associées à un Maritime Mobile Service Identity (MMSI) et au numéro d’immatriculation des navires.
Et depuis mars 2021, l’ANFR publie régulièrement en open data les résultats des mesures de capteurs fixes qu’elle a commencé à installer dans plusieurs grandes villes afin de surveiller l’évolution de l’exposition du public aux ondes avec l’arrivée de la 5G. A ce jour, des capteurs ont été installés à Bordeaux, Marseille, Nantes, Paris et Mulhouse. A terme, les données recueillies lors de la campagne de mesures 5G, qui permettront de comparer les expositions avant et après la mise en service d’antennes 5G, seront également disponibles.
Les données de l’ANFR en open data sont disponibles sur :
Cartoradio.fr – Ce site de l’ANFR présente des informations sur l’emplacement des sites radioélectriques dont les installations ont une puissance de plus de 5 watts, les services portés par ces installations et les mesures d’exposition aux ondes électromagnétiques. Les services se déclinent en six catégories : téléphonie mobile, diffusion radio, diffusion télévisuelle, faisceaux hertziens, réseaux professionnels et « autres ». Les données proposées sur ce portail sont traitées et fournissent des informations cartographiées. Des extractions de données sur les sites radioélectriques et les mesures sont également possibles via la création d’un compte gratuit.
https://www.cartoradio.fr/
Data.anfr.fr- Cette autre plateforme de l’ANFR donne accès à 5 jeux de données en téléchargement : les données de l’observatoire des réseaux mobiles, les résultats de mesure de DAS de téléphones portables, les résultats de mesures d’ondes émises par des compteurs communicants réalisées in situ, les informations sur les équipements radioélectriques embarqués sur les navires et les résultats des mesures des capteurs fixes installés par l’ANFR.
https://data.anfr.fr/
Data.gouv.fr– Ce portail est le site officiel de l’open data du gouvernement français. L’ANFR y met à disposition un jeu de données sur l’ensemble des sites radioélectriques en France métropolitaine et dans les DOM-COM. Il est constitué de 5 tables et propose un niveau d’information allant jusqu’à l’antenne et la bande de fréquences utilisée.
L’ANFR publie aussi sur ce site deux autres jeux de données, qui sont les mêmes que sur data.anfr.fr/ à savoir : un jeu de données sur les équipements radioélectriques embarqués sur les navires et sur les résultats des mesures des capteurs fixes. A noter que le site data.gouv.fr conserve l’historique de ces jeux de données pouvant remonter jusqu’à 2015 pour les données des sites radioélectriques. ICI
L’un des objectifs de cette démarche open data est notamment de mettre à disposition, dans l’espace public, de grands volumes de données pour que les personnes intéressées puissent s’informer, les retraiter ou les croiser pour créer de nouveaux services. Retrouvez en bas de page du site data.gouv.fr six exemples de réutilisation des données de l’ANFR.
[1] Le DAS mesure la quantité d’énergie qu’absorbe localement le corps (tête, tronc, membre) lorsqu’il est exposé aux ondes électromagnétiques permettant au téléphone mobile de communiquer avec les antennes-relais.

Indicatif d’appel Radioamateur français modifié pour les ressortissants britanniques

ANFR – Agence Nationale des FRequences – le régulateur français des télécoms, a publié l’actualité suivante sur son site internet
«Suite à la demande du Royaume-Uni de ne plus faire partie de l’Union européenne, les ressortissants britanniques qui viennent pour la première fois en France pour un séjour temporaire se voient désormais attribuer un code de type F4W (CEPT hors UE).»
ANFR :  ICI
• Nos remerciements à Paul, G4MWO , rédacteur en chef de The 5 MHz Newsletter, pour avoir repéré cet article