Site Associatif ANRPFD

Adhérer à l’ANRPFD en 2021

RRF : Réseau Relais Français!

Carte Relais Français

Nos Moyens de Communications

ADHEREZ VIA PAYPAL Facile!

QTR UTC

Ecoute Satellite QO100!

News ANRPFD depuis 26/02/2017

Propagation

Relais Radioamateur

Grey Line

Relais Radioamateur

Chronique SWL Nationale ANRPFD

nl

Associations Partenaires de l’ANRPFD

Cluster-DX-FOR-ME

Twitter – Facebook

Catégories

Twitter infos

Liens Techniks, Om, RC, Divers

Propagation Bandes HF

Cluster Dx Fun

Twitter

Prévisions Météo

CEM

Vidéo de la calculatrice EMF de la version RSGB

Le RSGB a mis à disposition une vidéo montrant comment utiliser la calculatrice RSGB / Ofcom EMF / CEM ainsi qu’une nouvelle version de la calculatrice v0.1.2-rsgb.v9e.
La vidéo utile a été créée par le directeur du conseil d’administration du RSGB et président d’EMC John Rogers M0JAV .
Des liens vers la vidéo et la calculatrice YouTube sont disponibles sur le site RSGB  ICI

Nouveau calculateur RSGB EMF disponible

Une nouvelle version du RSGB / Ofcom EMF Calculator v0.1.2-rsgb9c est disponible en téléchargement gratuit sur la page RSGB EMF
L’Ofcom a produit un document d’orientation expliquant ce que les radioamateurs doivent savoir sur la nouvelle condition de licence EMF. Il comprend un organigramme de conformité pratique qui vous montre étape par étape ce que vous devez faire pour effectuer votre évaluation.
La première étape consiste à déterminer le PIRE de votre station, le calculateur du RSGB vous aidera à le calculer et vous donnera la valeur PIRE moyenne requise. Si cette valeur est de 10 watts ou moins, tout ce que vous avez à faire pour l’évaluation est d’enregistrer la valeur calculée, rien d’autre.
On pense qu’un nombre important de stations HF amateurs trouveront que leur valeur PIRE moyenne est de 10 watts ou moins, si c’est le cas, la distance de conformité ne s’applique pas.
Si le PIRE est supérieur à 10 watts, vous devrez suivre les autres étapes de l’organigramme.
Lisez ce que vous devez savoir en tant qu’utilisateur radio amateur d’Ofcom ICI
Page RSGB EMF avec calculatrice ICI

L’Ofcom écrit aux radioamateurs sur le changement des règlements CEM/EMF

Le mercredi 3 mars, l’Ofcom a écrit à tous les Radioamateurs au sujet de leur intention d’ajouter une nouvelle clause CEM/EMF à la licence. Dans
un certain nombre de cas, l’e-mail d’Ofcom s’est retrouvé dans le dossier Spam, il se peut donc que certains ne l’aient pas encore vu, si vous ne l’avez pas, vérifiez votre spam. Il est supposé que ceux qui n’ont pas fourni d’adresse e-mail à l’Ofcom recevront une lettre papier.
L’e-mail d’Ofcom se lit comme suit:
Cher détenteur de licence,
Nous vous écrivons pour vous informer de certains changements importants que nous proposons d’apporter à votre (vos) licence (s) Wireless Telegraphy Act délivrée par l’Ofcom.
En février et octobre de l’année dernière, nous avons publié deux consultations publiques sur notre proposition d’exiger formellement que les titulaires de permis se conforment aux niveaux convenus au niveau international dans les lignes directrices de la Commission internationale sur la protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) pour la protection du grand public contre les champs électromagnétiques. (CEM/EMF). Nous appelons ces niveaux les limites publiques générales de l’ICNIRP. En octobre, nous avons également publié une déclaration énonçant notre décision d’exiger officiellement que les titulaires de licence se conforment aux limites publiques générales de l’ICNIRP et nous avons récemment publié une mise à jour sur la façon dont nous proposons de mettre en œuvre cette décision.  
Nous vous écrivons maintenant pour vous informer de notre proposition de modifier les termes et conditions de votre (vos) licence (s) afin de vous obliger à vous conformer aux limites publiques générales de l’ICNIRP. Conformément à la loi sur la télégraphie sans fil et à votre (vos) licence (s), nous vous informons de notre proposition en publiant un avis général sur notre site Web.
Nous avons mis toutes les informations pertinentes sur notre proposition, y compris l’avis général, sur une page Web dédiée à la CEM  ICI Vous trouverez ici des détails sur le processus de modification de licence ainsi que l’historique des modifications et de nombreuses FAQ pour vous aider à comprendre ce que notre proposition signifie pour vous.
Si, après avoir lu les informations ci-dessus, vous souhaitez faire une déclaration à l’Ofcom concernant notre proposition de modifier votre (vos) licence (s), vous avez jusqu’au 18 avril 2021 pour le faire. Cependant, si vous ne souhaitez pas faire de représentation, vous n’avez aucune action à entreprendre pour le moment. Pour plus d’informations sur le processus de représentation, visitez la page Web « Ofcom EMF ».
Nous examinerons toutes les représentations avant de prendre une décision finale sur la modification de votre (vos) licence (s). Nous publierons notre décision finale sur la page EMF/CEM de notre site Web avant le 18 mai 2021. Nous vous expliquerons si nous avons décidé de modifier votre (vos) licence (s) pour inclure la condition CEM/ EMF. Si votre (vos) licence (s) a été modifiée, nous vous enverrons une mise à jour de celle-ci ou des informations sur l’endroit où une nouvelle version peut être obtenue.
À l’avenir, nous avons l’intention d’utiliser davantage les avis généraux publiés sur notre site Web et ne pouvons pas vous contacter individuellement pour vous informer que nous en avons publié un. Nous invitons donc tous les titulaires de licence à consulter régulièrement le site Web de l’Ofcom ou à s’abonner aux mises à jour du spectre par e-mail en accédant à la page suivante de notre site Web ICI
Si vous avez des questions sur ce changement et ce que cela signifie pour vous, de plus amples informations peuvent être trouvées sur la page Web dédiée à EMF en utilisant l’adresse fournie ci-dessus.
Bien à vous, Ofcom UK

L’outil mesure l’EMI de la ligne électrique

Kenneth Wyatt KX7KW écrit pour EDN à propos d’un adaptateur EMI de ligne électrique qui peut être utilisé avec des analyseurs de spectre ou des oscilloscopes pour évaluer l’EMI de ligne électrique conduite le problème croissant du bruit RF sur les lignes électriques
Depuis que nous sommes passés de l’éclairage incandescent à l’éclairage LED et de l’éclairage linéaire Pour les alimentations à découpage, les interférences électromagnétiques sur les lignes électriques ont commencé à devenir un problème, en particulier pour ceux d’entre nous qui apprécient encore la Radio AM et les Ondes Radioamateurs de 0,54 à 30 MHz.
Ajoutez les arcs et les amorçages de la ligne de transmission électrique défectueuse, et de nombreux amateurs de radio amateur et opérateurs militaires ne peuvent tout simplement pas recevoir les stations nationales et internationales avec le hachage résultant sur leurs récepteurs.
Lisez l’article EDN complet ICI

Expertise sur le DAS : l’ANFR fait l’acquisition d’un banc de test

L’ANFR a retenu, dans le cadre d’un appel d’offres lancé en juillet dernier, la société française ART-FI pour l’acquisition d’un nouveau banc de test de mesures du DAS des téléphones portables. Avec cet appareil innovant, l’Agence se dote d’un véritable laboratoire pour expertiser les évolutions matérielles et logicielles des téléphones, notamment dans le contexte de l’arrivée de la 5G. L’ANFR conforte ainsi son rôle d’acteur de référence dans le domaine.
Dans le cadre de sa mission de contrôle de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques, l’ANFR réalise des vérifications sur les téléphones portables et  les équipements radioélectriques émettant plus de 20 mW et ayant vocation à être utilisés à proximité du corps. L’ANFR s’assure en particulier de la conformité du DAS de ces appareils à la réglementation. Elle procède à des prélèvements inopinés d’appareils sur les lieux de vente.
Des contrôles de plus en plus exigeants
Actuellement, les contrôles de DAS réalisés par l’ANFR dans le cadre de la surveillance du marché sont externalisés. Cette externalisation, indispensable compte tenu du volume de mesures réalisées, doit néanmoins s’accompagner d’expérimentations pour affiner les protocoles de test et contribuer ainsi aux nombreuses évolutions de ce domaine.
Les évolutions possibles du téléphone ayant une incidence sur l’exposition sont d’une part matérielles, avec des téléphones dont les composants peuvent varier au cours de leur fabrication, et d’autre part logicielles, le téléphone étant doté de plus en plus d’outils pour gérer en temps réel la puissance transmise de façon à respecter la réglementation. De plus, la nouvelle technologie 5G  a fait évoluer les téléphones avec l’intégration de plusieurs antennes dans le terminal, ce qui nécessite d’ajuster le protocole de mesure en conséquence.  La nouvelle bande de fréquence 26 GHz, quant à elle, va également apporter des questions nouvelles : l’exposition ne sera plus mesurée avec le DAS (Watt par kilo) mais avec la densité de puissance (Watt par m²) puisque l’énergie dissipée dans les tissus reste localisée à la surface de la peau lorsqu’on monte en fréquence.
Enfin, dans le contexte des évolutions des normes envisagées à la suite du dernier avis de l’Anses sur le sujet, le DAS tronc, aujourd’hui évalué à 5 mm, pourrait être évalué à des distances moindres, notamment au contact.
Pour répondre à ces nouveaux défis, l’ANFR s’est dotée d’un nouveau banc de mesures du DAS qui lui permettra d’approfondir son expertise dans le domaine et de mieux appréhender la manière dont les nouveaux téléphones portables gèrent leur puissance tandis qu’il interagissent avec les réseaux mobiles.  Cette connaissance apparaît indispensable pour s’assurer que les contrôles réalisés couvrent bien les caractéristiques des nouveaux terminaux mis sur le marché ainsi que ces « usages raisonnablement prévisibles » que prévoit la norme. Elle permettra également, le cas échéant, de proposer des évolutions du protocole de mesure pour qu’il réponde au mieux aux nouvelles technologies déployées au sein des téléphones.
Un partenariat avec la start-up française ART-FI
L’acquisition du nouveau banc de test de mesure du DAS fait l’objet d’un partenariat avec la start-up ART-FI, labellisée French Tech, qui a développé et breveté le système de mesure ART-MAN.
Ce banc est constitué d’une partie appelée fantôme qui simule la tête ou le corps. Il s’y trouve une grille rectangulaire de capteurs conçue pour mesurer sur cette surface les deux composantes de champ électrique tangentielles orthogonales. La mesure vectorielle des champs en amplitude et en phase sur une seule surface suffit pour récupérer instantanément la distribution volumique du champ électrique. Elle peut alors déterminer le niveau de DAS maximal dans une configuration donnée, sans avoir besoin d’approcher les lois physiques de la propagation du champ électromagnétique.
Ce système de capteurs fixe permet de faire des mesures rapides sans avoir à déplacer les sondes dans tout le volume du fantôme. Cela entraine un gain de temps par rapport aux mesures traditionnelles, mais aussi la possibilité de visualiser en temps réel la variation du DAS au cours du temps.

La vidéo ICI

L’Ofcom va introduire de nouvelles conditions de licence de spectre

Ofcom est de nouvelles conditions de licence pour les utilisateurs du spectre , afin d’ assurer leur équipement continue de fonctionner dans des directives internationales champ électromagnétique (CEM).
Toute utilisation du spectre génère des champs électromagnétiques.
Il existe des directives de sécurité internationales – élaborées par la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) – qui fixent les niveaux maximaux d’exposition aux CEM pour la protection du grand public. Ces niveaux sont approuvés par Public Health England.
Les fabricants, installateurs et exploitants d’équipements sans fil devraient déjà connaître les directives de l’ICNIRP et en tenir compte dans la manière dont ils planifient leurs services.
Pour nous assurer que cela reste toujours le cas, nous avons proposé de nouvelles conditions pour les titulaires de licences de spectre plus tôt cette année. Après consultation, nous avons maintenant décidé d’introduire les nouvelles conditions de licence.
Cela signifie que les titulaires de licence utilisant un équipement autorisé à transmettre à des niveaux de puissance supérieurs à 10 Watts doivent fonctionner selon les directives de l’ICNIRP comme condition de leur licence Ofcom – y compris la conservation des données et des enregistrements de tout test pour démontrer leur conformité.
Nouvel outil en ligne
Alors que la plupart des détenteurs de licences de spectre devraient déjà intégrer les directives de l’ICNIRP dans leurs services, nous allons lancer un outil en ligne (notre calculateur EMF) pour aider à rendre aussi simple que possible pour les gens de vérifier si l’utilisation de leur équipement radio est susceptible de se conformer. avec les lignes directrices. Celui-ci sera disponible à titre d’essai dans un premier temps et nous tiendrons compte des retours que nous recevrons avant de lancer la version complète.
Prochaines étapes
Parallèlement à notre décision d’introduire la nouvelle condition de licence, nous avons publié une consultation portant sur le libellé mis à jour de la condition; notre guide mis à jour sur la conformité et l’application des CEM; et une version d’essai de notre nouveau calculateur EMF en ligne. Nous attendons vos commentaires à ce sujet d’ici le 16 novembre 2020, après quoi nous commencerons à faire varier les licences pertinentes pour inclure la nouvelle condition. Nous lancerons également notre calculateur EMF en ligne finalisée.

Augmentation des niveaux de bruit RF – L’IARU soumet un document au CISPR

L’ IARU a soumis un document au Comité spécial international sur les interférences radio (CISPR) sur le problème de l’augmentation du bruit RF provenant des appareils numériques  Les spécialistes en CEM de l’IARU Tore Worren LA9QL et Martin Sach G8KDF ont soumis un document au CISPR concernant l’impact croissant des multiples signaux numériques dispositifs sur les niveaux de bruit dans le spectre radioélectrique.
Le document a été examiné par le Comité directeur du CISPR fin mai et adopté pour distribution au Comité national du CISPR pour commentaires en tant que projet de comité, en vue de devenir un rapport du CISPR.
L’IARU espère que cela aboutira à des modifications de la manière dont les normes sont élaborées, afin de reconnaître la nécessité de prendre correctement en compte l’impact cumulatif de plusieurs appareils.
Source ICI

L’ANFR publie une étude sur les niveaux d’exposition du public aux ondes
créés par les compteurs communicants Saur

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) publie un rapport sur les niveaux d’exposition du public aux ondes créés par les compteurs communicants Saur qui permettent la télé-relève des consommations d’eau. Les résultats montrent que ces compteurs n’émettent que quelques secondes par jour et que les niveaux relevés lors de ces émissions sont faibles.
L’Agence nationale des fréquences (ANFR) poursuit son travail sur l’évaluation de l’exposition aux champs électromagnétiques créés par les compteurs communicants. Après avoir publié des rapports de mesure sur l’exposition du public aux ondes créée par les compteurs électriques Linky, par les compteurs d’eau Suez et par les compteurs de gaz Gazpar, elle rend publique une étude sur les compteurs d’eau Saur.
Comme les compteurs d’eau Suez et les compteurs de gaz Gazpar, les compteurs d’eau Saur permettent de transmettre des données grâce à un émetteur radio de faible puissance fonctionnant sur la fréquence 169 MHz. Cet émetteur transmet des index de consommation à un concentrateur qui stocke ces données et les communique aux services de supervision de Saur par l’un des réseaux de téléphonie mobile existants.
En pratique, le compteur d’eau Saur n’émet pas la grande majorité du temps. Les modules déployés sont programmés pour transmettre les données de consommation quatre fois par jour. Ces trames, envoyées à des horaires aléatoires, sont très brèves : la transmission dure moins d’une demi seconde.
Du fait des rares émissions du compteur et de leur brièveté, les niveaux d’exposition sont inférieurs ou égaux à 0,15 V/m. Ils sont donc très inférieurs à la valeur limite réglementaire fixée par décret, qui est de 28 V/m pour la fréquence d’émission de 169 MHz.  
Pour savoir plus :
Télécharger le rapport ICI

Interférences VDSL

Le RSGB rapporte que dans de nombreuses régions du Royaume-Uni, toutes les bandes amateurs HF jusqu’à 20 m inclusivement sont affectées par les interférences du VDSL (Very High-speed Digital Subscriber Line).
Il s’agit du moyen le plus répandu de fournir des services Internet à large bande résidentiels au Royaume-Uni. L’Ofcom, qui est chargé d’enquêter sur les interférences radio, indique qu’il ne reçoit, en moyenne, que six plaintes par an sur le sujet et ne prendra aucune mesure significative.
Le RSGB exhorte tous ceux qui souffrent d’interférences VDSL à soumettre des plaintes à l’Ofcom. Beaucoup ont déjà déposé des plaintes auprès de l’Ofcom, mais ils aimeraient que davantage de personnes déposent des plaintes. L’Ofcom n’a pas encore été convaincu de prendre des mesures ICI

Les installations de panneaux solaires provoquent des interférences RF en Suisse

Le rapport de l’USKA, le magazine Photovoltaik, publie un article sur les interférences causées par les installations de panneaux solaires aux radios.
Une traduction du message de l’USKA qui dit:
Ce que nous, Radioamateurs, savons depuis longtemps, a maintenant été publiquement et bien rapporté.
Le magazine spécialisé Photovoltaik a consacré son édition 02/2020 au sujet des interférences radioélectriques des systèmes photovoltaïques. Le déclencheur a été les Radioamateurs Suisse qui s’étaient inscrits au magazine.
Le rédacteur en chef Heiko Schwarzburger, lui-même ingénieur diplômé MA, a écrit trois articles très perspicaces basés sur des entretiens avec des experts sur le sujet et les personnes concernées.
Le premier article est une interview de Heinrich Häberlin, HB9AZO, professeur émérite à l’Université des sciences appliquées de Burgdorf et opérateur de son propre système photovoltaïque. En tant qu’éditeur d’un ouvrage standard complet sur le photovoltaïque et de nombreuses autres publications, il est une voix importante dans l’industrie.
Le deuxième entretien a été réalisé par le rédacteur en chef Schwarzburger avec dipl. El-Ing. ETH Emmanuel de Raemy de l’OFCOM, responsable des questions CEM. M. de Raemy participe régulièrement aux réunions entre l’OFCOM et l’USKA, qui ont lieu deux fois par an. Il explique également clairement que les perturbations des systèmes PV sont un problème pour tous les services radio. Cependant, ce sont généralement les Radioamateurs qui sont les premiers à découvrir et peuvent les assigner grâce à leurs connaissances techniques.
Dans la troisième interview, un Radioamateur a parlé, qui a eu tellement de mal avec le service fourni par le fabricant inintelligible parce que des défauts considérables ont été trouvés.
Nous remercions le rédacteur en chef Heiko Schwarzburger pour les contributions très informatives et bien fondées sur le sujet des interférences CEM des systèmes photovoltaïques, et espérons que la prise de conscience du problème sensibilisera les installateurs et les constructeurs.
Bernard, HB9ALH  Conseil d’administration
Article du magazine USKA ICI
Source USKA post Le photovoltaïque perturbe le trafic radio ICI

L’Ofcom publie les derniers résultats de mesure 5G

L’Ofcom a publié les derniers résultats de notre programme de mesure du spectre , y compris six sites mobiles 5G supplémentaires. 
Après le lancement de la 5G au Royaume-Uni l’année dernière, nous avons publié les résultats des mesures des champs électromagnétiques (CEM) sur 16 sites britanniques, en février. Nous avons poursuivi notre programme de tests depuis lors et avons maintenant publié une version mise à jour de notre rapport de mesure 5G – montrant les niveaux de CEM sur un total de 22 sites 5G dans 10 villes du Royaume-Uni. 
Sur chaque site, les émissions représentaient une petite fraction des niveaux inclus dans les directives internationales – fixées par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP).
Le maximum mesuré sur n’importe quel site mobile était d’environ 1,5% de ces niveaux – y compris les signaux provenant d’autres technologies mobiles telles que la 3G et la 4G. Le niveau le plus élevé des signaux 5G en particulier était de 0,039% du maximum fixé dans les directives internationales.
Nous continuerons de publier régulièrement les données de notre programme de mesure, y compris sur d’autres sites 5G.

Le bulletin de mars de l’IARUMS est maintenant disponible

La dernière newsletter du système de surveillance IARU-R1 comprend une analyse d’un signal du mode de débit de données élevé OFDM russe
Le bulletin du 1er mars 2020 du Système de surveillance de l’Union internationale des radios amateurs (IARUMS) ICI
Les enregistrements des transmissions militaires sont disponibles sur le Wiki du guide d’identification des signaux ICI
Surveillez les bandes d’ondes courtes en ligne avec un récepteur SDR basé sur le Web ICI

Interférence des installations de panneaux solaires

La société nationale suédoise Radioamateur, SSA , rend compte des travaux visant à identifier et à résoudre les interférences radio causées par les installations de panneaux solaires
Une traduction de leur message dit:
En collaboration avec l’Agence suédoise de l’énergie, l’Autorité suédoise de la sécurité de l’électricité examine depuis un certain temps les installations solaires à travers le pays. Nous avons écrit à ce sujet en décembre de l’année dernière ici sur notre site.
L’Autorité suédoise de la sécurité électrique constate que ce sont principalement les installations avec des soi-disant optimiseurs qui provoquent des interférences radio. Certaines usines, en revanche, ont de très bonnes propriétés CEM, vous ne devez donc pas catégoriquement accuser les systèmes photovoltaïques d’interférer, selon l’ESA suédois.
Des Radioamateurs dans la région de Kungsbacka ont signalé des perturbations qui, selon eux, proviennent d’installations avec des panneaux solaires et l’Autorité suédoise de sécurité électrique a récemment été sur place et a effectué des mesures. L’autorité est heureuse de recevoir plus de rapports d’interférences radio pouvant être dues à des installations avec des panneaux solaires. Contrairement aux interférences en général et qui peuvent éventuellement provenir d’émissions de radio, vous devez en informer PTS.
Selon la réglementation radio de l’UIT, les Radioamateurs n’ont pas considérée comme un « service de sécurité », c’est pourquoi vous ne pouvez pas prétendre à des interférences dans toutes les situations. De fortes perturbations occasionnelles peuvent également être tolérées, alors qu’elles sont plus graves si des plages de fréquences entières sont totalement éteintes.
Afin de prendre soin du voisin, il est toujours bon de communiquer avec le voisin avant une notification. Par conséquent, si vous suspectez une installation spécifique, vous devez d’abord demander au voisin de fermer votre usine pour confirmer les soupçons.
Lorsque vous signalez un dysfonctionnement suspect d’une installation photovoltaïque à l’ESA, il doit être détaillé. Décrivez si la perturbation est continue ou comment elle se produit par intermittence. Veuillez joindre un fichier audio et des images de votre affichage de fréquence. Indiquez où et quand les observations ont été faites et de préférence un peu sur votre équipement. Pensez-vous que vous savez où se trouve la source de la perturbation et qui en est responsable, vous pouvez également le préciser. N’oubliez pas non plus que tout ce que vous écrivez à une autorité devient une action publique. Envoyez votre candidature ICI :
SM6ZEM Hans-Christian
Source SSA  ICI

Compatibilité électromagnétique – évaluation des règles de l’UE

La Commission européenne a annoncé une initiative publiée sur la compatibilité électromagnétique – évaluation des règles de l’UE
La région 1 de l’IARU dit:
La première étape de ce processus est une feuille de route qui fournit des informations en retour à la Commission. Elle est ensuite suivie d’une consultation publique qui permet des soumissions plus détaillées.
L’IARU a rédigé quelques commentaires généraux et les a soumis comme commentaires par le Comité des relations politiques de l’IARU.
L’IARU est parfaitement conscient des préoccupations des sociétés membres et des Radioamateurs au sujet de la menace de l’augmentation des niveaux de bruit et des interférences nuisibles et c’est une réponse dans une série d’autres initiatives .
Initiative de compatibilité électromagnétique de la CE ICI 
Réponse de IARU ICI
Region 1 post ICI

L’URE prend des mesures contre les interférences radio

La société nationale Radioamateur espagnole URE a annoncé la création d’un groupe de travail pour lutter contre le danger posé à notre passe-temps par les interférences radio provenant d’appareils tels que les systèmes de recharge des véhicules électriques
Une traduction de l’annonce URE dit:
URE, l’association espagnole de radioamateur membre de l’IARU, collabore avec le Comité de Compatibilité Electromagnétique (CEM, Comité C7) de l’IARU R1.
Compte tenu du danger que représente pour notre passe-temps l’augmentation progressive du niveau de bruit radioélectrique auquel nous assistons, et puisque dans un proche avenir, une autre importante sera ajoutée – l’installation et la mise en service de systèmes de recharge de véhicules électriques à induction; WPT (Wireless Power Transmission) -, URE, suivant la ligne de travail , renforce actuellement l’équipe Interference / EMC Vocalía avec la création d’un groupe de travail.
Ce groupe de travail est formé par des partenaires URE ayant des compétences en matière de CEM et de RFI, tels que Carles EA3WS, Salvador EA5Y et Fernando EA5GVZ, qui collaboreront au sein de la « Vocalía » en fournissant des informations techniques et réglementaires, ainsi que des mesures pour lutter efficacement contre les RFI dans notre propre pays des stations Tadioamateurs.
De même, une section dédiée à la CEM / RFI a été créée sur le site de l’URE dans laquelle ledit contenu sera publié.
Vous pouvez visiter la section CEM de notre site Web ICI
Source URE dans Google English ICI